South England – Part 2

<< previous episode

Oxford was a really beautiful and bicycle friendly city to stop by. Streets in the center were mostly pedestrian and crowded with tourist after 10am but some college courtyards and gardens stayed very quiet throughout the day.

Christchurch college was still a highlight for Harry Potter’s fan, because its rooms and stairs where used in the movies.

There are many towers and spires in the city and we found one we could climb up to overlook the Bodleian library.

Along the Thames, the cycle way was very pleasant and bordered with other ancient and venerable colleges whose gardens are very carefully maintained.

We visited the very eclectic Ashmolean museum and en exhibit about old maps in a new building of the Bodleian library and of course passed near the Bridge of Sighs, which actually looks more like the Rialto Bridge in Venice than to its homonym.

Bridge of Sighs

Luckily the weather was wonderful in Oxford, but not at all on the following day. We rode a bit more than 60km under the rain and missed pictures of the Thames riverside, and the cycleway right under the cooling towers of Didcot power station. It was a pleasant ride after all with a stop in a picturesque isolated inn in the Chiltern Hills again. We Spent the night in Reading.

Weather is changing quickly in Great Britain, so we were luckier early morning when riding on along the Thames river towards Windsor.

The little city was a bit crowded for its size and it was difficult to get a nice view of the huge royal castle. Nevertheless, the Cycle Route number 4 lead us for many kilometers inside the Windsor Great Park and it was a very nice ride though sign posting tended to disappear.

At the exit of the Park, we were again quite close to London. Heathrow airport was actually only 5km away and the Royal Castle is really under the planes’ path.

The river became wider and wider but we soon left it to head South to Woking. H.G. Wells was one of its famous residents.

We met our second Warmshowers hosts in Guildford and he pointed us to a nice way to go out of the city by following a little trail along the river.

Actually the full day was on a little trail called the Downs Link. It was a former railway extending from Guildford to the coast and now really practical for cyclists. It was supposed to be a part of the National Cycle Network but it had its own signage « Downs Link ».

It lead us directly to Shoreham-by-Sea, aside from any traffic.

From there, we rejoined cycle route number 2 along the South Coast, on a part I already rode in another direction back in 2015 when cycling from Paris to Scotland.

The coast is largely an urban area untill the buzzing city of Brighton. It was windy on the famous Pier and cosy in the little alleys full of jewelries of the city center. In the middle of all this stands the Royal Pavilion with its odd Indian architecture that is the city’s symbol.

The coast between Brighton and Newhaven became quieter with nice clifftop trails. At some point we crossed Greenwich meridian at a place marked by a monument.

And we finally reached Newhaven some hours before our scheduled departure.

Our return to France occured by night, which is not very comfortable because the crossing is short (5 hours). Besides that the arrival in the morning was far too early for the first train and we had to wait a couple of hours outside Dieppe train station while it was pouring rain.


Overall it made an about 800 kilometers loop.

Map with stops

 

Publicités

South England – Part 1

This summer I made a thirteen days bicycle trip in South-East England with Julien. We left Paris with two regional trains to the port of Dieppe and then took a ferry to Newhaven, East Sussex.

Crossing the English Channel took about four hours in the middle of the day and we started cycling late in the afternoon the first day. Wind pushed us easily towards East along the beach of Seaford. And then a bit inland uphill to cross a branch of the South Downs Hills to Eastbourne. Along the way we met the Long Man of Wilmington, one of the hill figures on the slopes of South England.

We spent the night in an airbnb with a lovely couple in Pevensey Bay. We didn’t take any camping gear for that trip and used bed & breakfasts and sometimes the hospitality of hosts from the warmshowers.org cycle travelers community.

Th second day, we rode on along National Cycle Route number two. It was well signposted and easy to follow. We first passed Bexhill and Hastings, two seaside cities with large promenades and piers.

After a little way up and downhill, we reached the cute medieval village of Rye, with cobbled winding streets and walls. A bit of rain tried to ruin our stop here but was quickly pushed away by the still strong wind. The wind seemed to make kite-surfing quite popular in Camber Sands.

The route went then inland in the Romney Marsh. The nuclear power station of Dungeness stayed in view for a long time while making our way along the little countryside  roads of this flat area. Arriving on the Royal Military Canal, we were surprised to watch giraffes and other exotic animals, not knowing about Port Lympne Safari Park before.

Our hosts in Folkestone welcomed us arms open for a very nice and restful evening.

Folkestone center looked great in the morning light. We then had to climb above all those famous white cliffs between here, Dover and a bit further east. It was a highlight of the route along the coast and we started to catch a glimpse of the French coast on the other side of the English Channel.

Dover was a busy transport city whose center we didn’t really cross. It was dominated by a huge castle offering a steep climb.

Dover Castle

The route after Dover was a nice way downhill through little roads and villages before reaching the East coast around Deal. This time we started following National Cycle Route number one. But we soon left it to make a detour around the Viking Coastal Trail around the former isle of Thanet. We rode through Ramsgate, Broadstairs and Margate, three Victorian seaside towns on top of little white cliffs. Those cliffs make a natural arch near Botany Bay.

We spent the night on the last floor of a Victorian house in Ramsgate and the following day started under the rain on the road to Canterbury. We found again National Route number one and were a bit disappointed by the city because it was impossible to get close to its famous cathedral with our bikes. The city center was really busy with tourists, even in the morning.

The weather slowly improved in the afternoon on our way to Sittingbourne were we spent the night.

Bicycles Near Conyer

The route made complicated detour, sometimes following the coast, sometimes not and we reached Rochester which had a big cathedral and castle. Inside the cathedral was a mini golf course for childrens.

Then we started following the Thames river towards London, at one place following a narrow singletrack trail along the Cray river. A strange mix of natural wetlands and industrial estate.

We spent the night in the really quiet suburb of Belvedere, still around 30km away from the city center.

In the morning we quickly rejoined the Thames at the Thames Barrier, a very scenic dam to prevent flooding from the tide. The route along the river was then a very pleasant ride around Greenwich peninsula with great sights on Canary Wharf skyline.

Next to the Cutty Sark museum ship, we crossed Greenwich pedestrian tunnel to ride under the towers of Canary Wharf financial districts. Many high-rise buildings were still under construction. London skyline is always changing.

We reached more famous landmarks throughout the day like the tower bridge, St-Paul Cathedral, the Millenium bridge, the Tate Modern Museum, the London Eye and the British Parliament. Big Ben was sadly hidden under scaffolding.

Going out of the city was a less easy task than going in, because to the North-West, there is no major cycle route. So from Covent Garden we reached Primrose Hill and then found signs to Wembley, but not much further. We had to find our own route to Watford where we spent the night after a long day cycling only in the city.

The following day, we rode in front of Warner Bros Harry Potter’s studios and then crossed the Chiltern Hills on the highest route of our trip (around 250m in altitude). The weather stayed really gray with a few showers but still a pleasant ride until we reached Oxford. As the furthest place north of the trip and an unknown city for both of us, it deserved a full day visit.

Adventures go on here >>

 

Dunkerque – Bruges – Dunkerque

Bien décidés à fuir l’épisode de canicule, nous avons mis le cap vers la côte Belge. A peine à plus d’1h30 de TGV de Paris, et étant une des dernières destination TGV à prendre encore les vélos non démontés, Dunkerque était un point de départ tout indiqué.

Hôtel de ville de Dunkerque

En sortant du train, les petits 14°C matinaux ne nous ont pas fait regretter cette décision.

Nous voilà donc parti le long de la plage encore déserte de Malo-les-Bains, puis sur une voie verte récente jusqu’à Bray-Dunes.

Plage de Malo-les-Bains

A peine au bout de 17km, nous avons franchi la frontière belge et entamé cette fois un itinéraire jalonné de knooppunten, points-nœuds d’un réseau cyclable continu sur toute la Flandre et les Pays-Bas.

Première ville belge sur notre parcours, Veurne a une jolie petite place centrale animée et un beffroi.

Veurne

Après avoir longé un canal nous avons atteint Nieuwpoort à l’embouchure de l’Yser où nous avons trouvé le tram côtier qui relie toutes les stations de la côte Belge.

Monument Albert à Niewpoort

Nous avons fait quelques courses pour le repas de midi à Niewpoort, complétées un peu plus loin d’une barquette de fraise achetée dans un distributeur automatique au coin d’un champ.

La première vraie station balnéaire que nous avons traversé était Westende et a marqué le début de 10km d’une muraille d’immeubles le long de la plage, jusqu’à Ostende en passant par Middelkerke.

Westende

Le vent de face était particulièrement fort sur cette portion et nous a contraint à mettre un foulard sur nos visages pour ne pas respirer trop de sable tout en nous trainant à 12-13kmh.

Middelkerke

A cause du vent la plage était plutôt boudée mais pas la promenade.

Oostende

Nous avons ensuite quitté la côte pour remonter un grand canal jusqu’à Bruges, 25km à l’intérieur des terres. Puis nous avons posé nos affaires au B&B avant de prendre le temps de visiter la ville à pied toute la soirée.

Le lendemain, nous sommes partis plus légers pour une boucle jusqu’aux Pays-Bas. Une péniche passant très lentement une écluse nous a fait faire un détour par un autre pont puis nous avons continué sur notre lancée le long d’un canal rectiligne et ombragé vers la frontière néerlandaise.

Nous avons traversé Damme,  dont les restes de fortifications sont entretenus par les ânes et les moutons.

La frontière était une fois encore non marquée à l’entrée de Sluis. L’Écluse en français est le lieu d’une importante bataille navale de la guerre de cent ans. L’estuaire du Zwin, où la bataille a eu lieu est aujourd’hui complètement ensablé et Sluis parait loin à l’intérieur des terres.

Sluis / L'Ecluse

La chaleur devenant écrasante, nous ne fûmes pas mécontent de finir par nous rapprocher de la mer au niveau de l’embouchure de l’Escaut. Quelques gros cargos passaient et en face on devinait la ville de Vlissingen (Flessingue). La plage avait beaucoup plus de succès que la veille et nous avons trempé nos pieds à Cadzand.

Embouchure de l'Escaut

La piste cyclable sur cette portion de côte est superbe au sommet du cordon de dunes et donne des vues sur quelques zones humides dans l’intérieur.

Nous sommes revenus en Belgique par Retranchement et sur Bruges par des routes un peu moins ombragées et bucoliques qu’à l’aller. Nous avons rejoint la ville alors que s’y déroulait un triathlon sous une très forte chaleur. Mais heureusement pour nous la journée était finie.

Le troisième et dernier jour, nous sommes repartis en direction de Dunkerque par un itinéraire totalement différent de l’aller. Complètement dans l’intérieur des terres, nous avons d’abord mis le cap sur Diksmuide, une autre ville à beffroi.

Diksmuide

La ville est aussi un lieu important du tourisme de mémoire en Flandre. La tour de l’Yser est un monument en l’honneur des soldats flamands.

Tour de l'Yser à Diksmuide

Dernier beffroi belge, celui plutôt petit de Lo est lui aussi dans le classement UNESCO des beffrois de France et de Belgique.

Beffroi de Lo

Nous avons ensuite passé la frontière française, quittant les routes en béton pour du bitume et abandonnant quasi définitivement toute indication cyclable. Nous nous sommes arrêté un moment à Bergues pour profiter d’une fanfare sur la place centrale. La ville était plutôt agréable et pleine de choses à voir mais moins animée que les villes belges de notre parcours.

La dernière portion le long du canal jusqu’à Dunkerque nous a permis de rester à l’écart de la circulation jusqu’au centre-ville. Nous avions beaucoup d’avance sur notre train retour et nous avons pris le temps de visiter le FRAC.

Ainsi s’est achevée cette petite escapade de 3 jours sur 3 pays.

Parcours Dunkerque - Bruges - Dunkerque

Tenerife

Pendant les fêtes de fin d’année, je suis allé en famille une semaine sur l’île de Tenerife. Dans l’archipel espagnol des Canaries, Tenerife est l’île la plus grande et la plus peuplée et est dominée par le Pic de Teide et ses 3700m d’altitude dont on voit nettement la silhouette triangulaire dès l’arrivée en avion.

Nous étions basés à Los Gigantes, une petite ville au nord ouest de l’île et avions loué une voiture 7 places pour nous déplacer tous ensemble. La première impression que nous a laissé Tenerife à l’arrivée est celle d’une île très urbanisée. Le long de l’autoroute s’étalent des entrepôts commerciaux et des parcs d’attraction dans un paysage très sec et poussiéreux.

Le premier jour nous nous sommes éloigné de cette côte vers l’intérieur pour traverser l’île par la route panoramique du Teide, dans l’immense caldeira du volcan. Assez vite avec l’altitude, les villes laissent la place aux villages puis à une forêt de pins assez clairsemée au milieu d’anciennes coulées de lave. La forêt fini par disparaître et la caldeira offre des paysages lunaires.

Caldeira du Teide

Au milieu de la Caldeira se dressent le Teide et, plus trapu, le Pico Viejo, au flanc duquel à gauche on distingue plus sombre les « narines du Teide », lieu de la toute dernière éruption dans la caldeira en 1798.

Le Teide

Nous sommes sortis de la caldeira sur le versant nord de l’île pour aller visiter les 2 villes de la Orotava et Puerto de la Cruz. Ces 2 villes ont conservé des bâtiments de l’époque coloniale dont la Casa de los Balcones est un des plus connu.

Casa de los Balcones

Les jardins publics sont agréables, la côte nord étant plus humide que celle où nous résidions. Nous avons vu de beau spécimen de dragonniers, un arbre emblématique des Canaries mais qu’on ne trouve plus guère dans les forêts.

Dragonnier des Canaries

À Puerto de la Cruz, la ville voisine en bord de mer, se trouve un superbe jardin botanique. Assez ancien, il a pu laisser grandir certaines plantes jusqu’à des dimensions extraordinaires et adapte d’ailleurs le tracé de ses allées aux racines des arbres.

Ficus à Puerto de la Cruz

Le centre-ville est plus touristique que celui de la Orotava, bord de mer oblige et les façades sont égayées de grandes fresques.

Puerto de la Cruz

Puerto de la Cruz

Puerto de la Cruz

Puerto de la Cruz

Le ciel s’est chargé en accrochant les nuages au flanc de la montagne, donnant l’impression qu’un orage allait éclaté, mais ce phénomène était en fait très localisé sur la côte nord.

Puerto de la Cruz

Puerto de la Cruz

Une portion de la plage de galet n’était qu’un empilement de cairns.

Puerto de la Cruz

À peine franchi le col pour revenir sur la côte ouest, le soleil brillait à nouveau. Nous constaterons à nouveau à quel point l’île est faite de micro-climats.

Le lendemain nous sommes partis en randonnée dans le massif du Teno, à la pointe nord-ouest de l’île. Ce massif est couvert d’une forêt de lauriers et de bruyères. Et en effet, il accroche bien les nuages et le brouillard et nous ne verrons pas beaucoup le paysage à part au départ à El Palmar et sa montagne creusée par l’homme.

Montana del Palmar

Sur l’autre versant, les vues jusqu’à la côte ont été rares.

Massif du Teno

Sur l’impressionnante route du retour, nous avons fait halte à Masca, au milieu de son cirque volcanique.

Masca

Masca

Le jour suivant, pendant que 2 d’entre-nous sont allés observer les baleines, nous avons fait une randonnée sur le flanc du Teide, au niveau de la limite supérieure des pins, au lieu-dit de la montagne de Samara. Le sentier bien balisé nous a mené entre les coulées de lave de différentes structures dans une atmosphère fraîche et venteuse. Au fond on distinguait les îles voisines de la Gomera, la Palma et El Hierro.

Montana de Samara

Montana de Samara

Le Pico Viejo et le Teide étaient visibles presque en permanence.

Le Teide et le Pico Viejo

La reventada et le Teide

Montana de Samara

La route à cet endroit est un billard sublime et il n’est pas étonnant que la destination soit appréciée des cyclistes en hiver.

Montana de Samara

Route au pied de la Montana de Samara

L’après-midi, nous sommes allés tous ensemble voir les pyramides de Guimar. Le site est assez cher pour ce qu’il y a à y voir, des pyramides dont l’origine reste sujet à spéculation et un jardin botanique qui n’arrive pas à la cheville de celui de Puerto de la Cruz.

Pyramides de Guimar

Nous sommes aussi allé visiter la petite ville côtière de la Candelaria, où se trouve le plus grand centre de pèlerinage de l’île.

La Candelaria

On y a trouvé également un très grand village de santons, avec des détails incongrus.

La Candelaria

Le lendemain nous avons préféré profiter de la ville de Los Gigantes, sans prendre immédiatement la voiture. Nous sommes allés jusqu’au site qui donne son nom à la ville : les immenses falaises qui tombent du Teno dans l’océan Atlantique.

Los Gigantes

L’après-midi nous sommes remontés dans la caldeira pour faire le tour des Roques de Garcia, des rochers aux formes extraordinaires, d’anciennes cheminées volcaniques que l’érosion a laissé et sculpté.

La cathédrale

Roques de Garcia

Roques de Garcia

Et bien sûr tout ceci au pied de l’imposant pic de Teide.

Roques de Garcia

Caldeira

Le jour suivant nous avons décidé de faire un long trajet jusqu’à l’autre bout de l’île, dans le massif de l’Anaga.

Au passage, nous nous sommes arrêté dans la capitale de l’île, Santa Cruz. Nous y avons visité un marché et déambulé dans les rues très actives du centre.

Santa Cruz de Tenerife

Santa Cruz de Tenerife

Comme le massif du Teno, l’Anaga jouit d’un climat particulier, plus humide et où le brouillard s’accroche. La bruyère y atteint des tailles encore plus importante que dans le Teno. Nous nous sommes promené à partir du dernier village de la route jusqu’au phare de l’Anaga, l’extrême pointe nord-est.

Anaga

Faro de Anaga

Au retour nous sommes passés par la côte nord au lieu de l’autoroute de la côte sud, la traversée de l’île nous a pris plus de 2h.

Le dernier jour, nous sommes montés à nouveau dans la forêt de pins à mi chemin de la caldeira, près du volcan Chinyero. Et une partie d’entre nous est redescendu jusqu’à Los Gigantes à pied, une vingtaine de kilomètres de descente dans les coulées de lave et les barrenco (ravins), plus loin des autres touristes que d’habitude.

Chinyero

Chinyero

Coulée de lave du Chinyero

Le lendemain nous avons repris l’avion pour refermer cette courte parenthèse ensoleillée au milieu de l’hiver.