Entre lacs de la forêt d’Orient et du Der

Pour l’un des premiers weekend printanier de 2019, nous avons mis le cap sur les grands lacs de Champagne. Des itinéraires cyclables longent en partie ces lacs et les canaux qui les alimentent.

Nous sommes partis de Troyes, à 1h30 en train de Paris-Est. Je suis déjà passé plusieurs fois dans cette jolie ville célèbre pour ses maisons à pan de bois. Mais j’y trouve toujours le balisage vélo lacunaire pour en sortir en direction des lacs de la forêt d’Orient.

Troyes

La route devient évidente seulement quand on se met à longer le canal déversoir du lac d’Orient. D’ailleurs on rejoint très vite ce premier lac que la véloroute se met à contourner, en partie en forêt quand il s’agit de couper les presqu’îles, en partie sur les digues.

Lac d'Orient

Piste le long du lac d'Orient

Ce lac, comme les autres de l’itinéraire, est complètement artificiel. Tous ces lacs régulent le débit de la Seine (lac d’Orient), de l’Aube (lac du Temple et d’Amance) et de la Marne (lac du Der) et ont été construits entre les années 1950 et 1990. Ils sont maintenant bien intégrés dans le paysage et sont même devenu des réserves de faune, notamment pour les oiseaux migrateurs.

En l’occurrence, le début du printemps ne nous a pas semblé très propice à observer les oiseaux. Hormis quelques foulques, cygnes et grèbes huppés, la faune n’était pas particulièrement nombreuse.

Lac du Temple

Le lac du Temple, plus récent que celui d’Orient, présente une digue beaucoup plus spectaculaire. Elle barre le lac dans le sens de la longueur et nous la longeons donc sur quelques kilomètres.

Lac du Temple

Avant d’atteindre le lac d’Amance, nous bifurquons pour un premier détour architectural vers le village de Mathaux. La région compte une douzaine d’églises à pans de bois assez uniques et nous nous sommes faits un devoir d’en visiter quelques-unes pendant le weekend. Par chance elles étaient toutes ouvertes.

Eglise à pans de bois de Mathaux

Nous avons aussi fait une halte à l’écomusée foisonnant de Brienne-la-Vieille. Il débordait de matériel agricole surtout du début XXe et comptait quelques reconstitution assez kitsch d’anciens commerces.

En fin de journée nous sommes passés par la Ville-aux-Bois, village minuscule dont le centre ne compte guère plus qu’une église et un lavoir.

Le village se trouve à proximité immédiate d’un très grand centre de stockage de déchets nucléaires de l’Andra.

Borne site nucléaire

Et quelques centaines de mètres plus loin, une autre stèle marque pour sa part le lieu du crash d’un avion pendant la seconde guerre mondiale. Quelques flèches dans le sous-bois mènent jusqu’au lieu du crash ou le cratère est encore bien visible, ainsi qu’un arbre étêté par l’avion.

Stèle du crash du Halifax à la Ville-aux-Bois

Nous avons fait étape dans le village suivant (Louze, choisi pour son nom) en chambre d’hôte. Il y avait aussi un petit restaurant, ce qui nous a permis de voyager léger, sans affaires de camping, ni beaucoup de nourriture.

Le lendemain, nous sommes repartis en quête d’églises à pans de bois dans le Dervois, ou pays du Der.

Village du Dervois

L’étang de la Horre était complètement vidé de son eau et laissait une immense vasière à découvert.

Etang de la Horre

Nous sommes passés par les églises de Lentilles, Bailly-le-Franc, Outines puis Chatillon-sur-Broué. Les maisons aussi sont souvent à pans de bois dans les villages, ce qui leur donne un certain charme.

Après ce chapelet de villages, nous avons fini par rejoindre la digue du lac du Der et avons commencé à en faire le tour par le nord-ouest. Ce lac est encore plus connu des ornithologues que les précédents. A l’automne, la migration des grues attire les foules et la ville toute proche de Montier-en-Der accueille un festival de photographie animalière réputé.

Lac du Der

Ambrières

Il ne nous est plus resté qu’à longer le canal d’alimentation du lac pour remonter jusqu’à la vallée de la Marne et la ville de St-Dizier. La ville a des allures plutôt industrielle. C’était le siège des glaces Miko qui ont laissé un bâtiment emblématique dans le centre-ville.

Saint-Dizier

Saint-Dizier

De là nous avons repris le train vers Paris, 2h15 de trajet en TER.

Le parcours est ici : https://www.bikemap.net/en/r/4833994/

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s