Le long du Rhin

Face au monumental Deutsches Eck, nous avons laissé la Moselle après 7 jours en sa compagnie pour remonter le long du Rhin.

Deutsches Eck

Nous quittons Coblence aussi simplement que nous y sommes arrivé, les pistes le long des 2 fleuves étant très bien balisées et dans des parcs la plupart du temps.

Le Rhin est bien plus large que la Moselle, plus agité et avec un trafic plus dense. Assez rapidement après avoir quitté la ville nous avons commencé à apercevoir de beaux châteaux. Le Marksburg est un des plus impressionnants. La photo ne lui fait pas honneur, mais la largeur du fleuve est bien visible, la péniche n’a pas l’air grande.

Marksburg

Nous sommes restés rive gauche sur l’itinéraire officiel de l’EuroVelo 15. Les indications étaient très visibles tout le temps et l’indication des distances très appréciable.

Panneaux EuroVelo 15

Cette partie du cours du Rhin était assez encaissée avec quelques jolies petites villes comme Boppard et Sankt Goar.

Boppard

Sankt Goar

Les traversées du Rhin n’étaient possibles qu’en bac et la circulation sur la rivière était un spectacle amusant avec toujours en toile de fond de beaux villages, des coteaux abrupts et des châteaux.

Sankt Goarshausen et son bac

Nous nous sommes arrêté pour la nuit dans un grand camping au pied de la Loreley. Nous avons trouvé le site un peu décevant, une barre rocheuse à peine plus haute que les autres, simplement signalée par un drapeau. De plus, les voies ferrées de chaque côté où passaient en permanence des trains de marchandises, rendaient la vallée plutôt bruyante.

La Loreley

Le lendemain nous avons parcouru ce qui restait de ces « gorges » et que j’ai trouvé plus joli que la veille. Mais peut-être était-ce simplement la lumière matinale.

Plusieurs des bourgs que nous avons passé portaient les marques d’anciennes fortifications.

Oberwesel

Oberwesel

Le Rhin n’avait pas l’air si simple à naviguer. En plusieurs endroits, des bancs de sables ou des rochers affleurent. C’est le cas au pied du Marksburg et de la Loreley. À Kaub, c’est carrément un petit château qui a été construit sur l’île au centre du fleuve.

Kaub

Nous avons fini par rejoindre Bingen où le Rhin change complètement d’allure. Il semble large et calme avant de pénétrer dans les gorges, là encore bien gardées par des tours et des forts.

Le Rhin à Bingen

Les vignes ont refait leur apparition avec au sommet un énorme mémorial.

Mémorial au dessus de Bingen

L’après-midi a été la plus chaude du voyage et nous avons été heureux de trouver un Biergarten quelques villages plus loin. L’itinéraire s’est éloigné du fleuve, dans les champs ou le long de digues.

À l’entrée de Mayence c’était la zone portuaire qui nous séparait du Rhin et nous faisait une route très industrielle. Nous avons traversé sur le vieux pont de Mayence pour aller au camping. Le coucher de soleil sur la ville était pas mal du tout.

Pont de Mayence

Et le lever non plus sur l’énorme cathédrale rose de la ville.

Cathédrale de Mayence

Nous avons petit-déjeuné en ville sous un ciel un peu chargé avant de repartir vers le sud.

Mayence

Nous sommes resté à l’écart de la rivière la majeure partie de la journée, le long d’une sorte de route des vins entre vignobles et petits villages. La pluie nous a rattrapé à Worms dont je n’ai du coup aucune photo alors que la ville avait l’air de valoir le détour. Je n’ai pris vers la fin de l’averse que l’impressionnante porte qui enjambe une des chaussées du pont que nous avons emprunté pour passer rive droite.

Pont de Worms

A l’entrée de Mannheim, nous avons d’abord pris un petit bac sur un ancien bras de la rivière et avons continué avec en toile de fond les raffineries de Ludwigshafen.

Raffineries de Ludwigshafen

La ville elle-même n’était pas particulièrement belle. Elle a un plan quadrillé caractéristique auquel elle doit son surnom de Quadratestadt. Les rues du centre n’ont pas de nom et le système d’adresse fonctionne par bloc, ce qui est assez unique.

Mannheim

Bloc de Mannheim

Nous avons campé au bord de la rivière de l’autre côté d’un grand parc forestier au sud de la ville. Le camping de Mannheim était du coup assez calme.

Le lendemain nous sommes partis en direction de Spire (Speyer), empruntant de ce fait des pistes que j’avais déjà utilisé en 2012 en revenant de république Tchèque. Nous avons bien entendu fait un détour par le centre-ville et son énorme cathédrale romane.

Cathédrale de Spire

Spire

La vallée du Rhin est devenue ensuite sans grand intérêt. Mais l’itinéraire cyclable lui-même était fort plaisant le long des digues, manquant toutefois un peu d’ombre.

Pour notre dernier pique-nique en Allemagne j’ai quand même pris en photo une ouette d’Égypte. Depuis Schengen elles étaient partout. Là où en France c’était plutôt les Bernaches du Canada qui dominaient.

Oie d'Egypte à Germersheim

Nous avons fait étape à Lauterbourg où nous avons pu nous baigner dans le lac. Le maillot de bain a au moins servi une fois.

Au matin, tous mes compagnons sont repartis en train vers la Franche-Comté et j’ai repris la route en direction de Paris. J’avais dans l’idée de rentrer complètement en train mais sans être très motivé pour traverser la Champagne. Donc j’envisageais n’importe quelle gare sur le trajet comme arrivée.

En tout cas je ne voulais quand même pas zapper les Vosges du Nord et je n’ai pas été déçu par les villages, les immenses forêts qui sentaient bon l’humidité et les impressionnantes ruines de châteaux forts en grès rose.

Wissembourg

Fleckenstein

Arnsberg à Obersteinbach

Le relief de la zone était en plus assez agréable, beaucoup moins prononcé que dans les Vosges du Sud mais bien marqué pour de beaux paysages. À la sortie de la zone boisée, j’ai rejoint le canal des Houillères de la Sarre pour quelques kilomètres. puis suivi une très longue et affreuse ligne droite en direction de Dieuze. De là j’ai suivi les panneaux de la route du sel pour finir à l’ancienne place forte Vauban de Marsal dont la position est assez curieuse.

Porte de Marsal

J’ai fait étape à Vic-sur-Seille au bout de 160km, bien usé par un vent obstinément de face depuis ma sortie des Vosges du Nord.

Le lendemain, le soleil n’a pas éclairé longtemps ma route. S’il éclairait bien les façades de Vic, de gros nuages bouchaient l’horizon de l’autre côté de la Moselle.

Vic-sur-Seille

Arrivé à Custines au bord de la Moselle, sur nos traces d’une dizaine de jours auparavant, j’ai finalement obliqué directement vers Nancy, que je comptais au départ éviter.

Place Stanislas à Nancy

J’ai filé directement à la gare, comptant trouver un train pour Paris dans la journée, éventuellement via Bar-le-Duc avec un TER. Coup de bol, j’ai eu une place dans un TGV sur le départ et avant midi je regardais les gouttes de pluie s’écraser sur les vitres du train.


Quelques chiffres :

  • 15 étapes (13 en groupe, 2 seul)
  • 6 nuits en Allemagne, 8 en France, toujours sous la tente
  • 1250 kilomètres (1040km en groupe)
  • 79 km/jour en moyenne sans compter les 2 derniers jours un peu hors norme
  • étapes les plus courtes : Passonfontaine – Montbozon et St Goar – Mayence : 65km
  • étapes les plus longues : Lauterbourg – Vic-sur-Seille : 160km, Mannheim – Lauterbourg : 101km et Mayence – Mannheim : 91km
  • Pépin technique : zéro

Et le parcours :

Parcours Moselle et Rhin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s