Paris – Arras

Julien et Adèle quittent l’île de France pour s’installer à Arras. Comme ils sont de grands voyageurs à vélo, quoi de plus normal après leur état des lieux de sortie que de faire le trajet entre leurs 2 appartements à vélo. C’est donc en plein milieu de semaine que je les ai accompagné sur cet itinéraire de 2 jours. Le départ était tardif, nous n’avons quitté Paris que vers 14h20 avec une étape de 105km à parcourir depuis le parc de la Villette. Du coup, nous n’avons pas chômé.

La Géode au Parc de la Villette

Nous avons quitté l’agglomération par le canal de l’Ourcq, qui nous a fait faire un bon détour vers l’Est mais nous a évité les grands axes et les hésitations sur la route à suivre qu’une traversée de la banlieue nord un peu plus directe nous aurait fait rencontré.

Puis nous avons obliqué plein nord sous le passage des avions de Roissy, sommes passé devant le château de Nantouillet et avons assez rapidement quitté les routes que je connaissais.

Château de Nantouillet

Nous avons passé la colline de Dammartin-en-Goële sous un ciel un peu menaçant puis sommes sortis de la région Île-de-France par la forêt d’Ermenonville. Le petit morceau de N330 qui contourne le village était la seule route vraiment désagréable du trajet : beaucoup de trafic de camions et une route qui tourne souvent avec peu de visibilité. Heureusement ça n’a duré que 4km jusqu’à la mer de sable et les ruines de l’abbaye de Chaalis.

Ancienne abbaye de Chaalis

La traversée du Valois a ensuite été une des portions avec les routes les plus pittoresques : gros pavés dans les traversées de village, petits châteaux et grosses fermes monastiques.

Raray

Château de Raray

Nous avons fait quelques courses et traversé l’Oise à Verberie. Je n’ai plus pris de photo car la lumière déclinait. Nous avons fini par arriver au camping de Sorel à la nuit noire, quasiment 21h. Mais nous n’avons pas eu à faire fonctionner le réchaud sur l’herbe déjà bien humide. La bonne surprise était la présence d’une crêperie  à l’intérieur du camping. L’autoroute A1 générait un ronronnement lointain malgré le petit relief et la forêt qui nous en isolait mais c’est surtout le passage des TGV qui était bruyant. Au matin ils étaient fréquents.

Nous n’avons décollé que vers 10h, pour une journée prévue à peine plus longue que la veille. D’abord sur le plateau picard, les routes étaient dans de beaux pâturages qui ont rapidement laissé la place aux champs de patates. Et toute la journée nous avons vu le balai des engins agricoles qui récoltaient. On s’était attendu à voir de la betterave, finalement ce fut des pommes de terre, beaucoup de pommes de terre.

A Montdidier d’ailleurs, petite sous-préfecture de la somme, trône un monument à Parmentier, natif de la commune. L’hôtel de ville commence à avoir des allures du nord de la France avec un beffroi.

Hôtel de ville de Montdidier

Toujours sur le plateau picard, nous avons traversé toutes les petites vallées transversalement, limitant un peu la sensation de monotonie. À Davenescourt, il y avait de beaux jardins et un château.

Davenescourt

Mais les vrais détours touristiques, nous ne les avons fait qu’une fois arrivé dans la zone des batailles de la Somme. Nous avons commencé par le mémorial australien de Villers-Bretonneux, qui subissait alors une lourde restauration.

Mémorial australien

Il était toutefois toujours possible de grimper dans la tour et d’avoir une belle vue sur la campagne environnante, notamment Corbie où nous avons pique-niqué ensuite.

Corbie

Mémorial australien

Vers l’Ouest, la ville d’Amiens était bien visible. On reconnaît la tour Perret qui signale l’emplacement de la gare d’Amiens à gauche et l’arrière de la cathédrale au centre. Au premier plan l’agriculture intensive n’est pas constituée que de champs mais aussi de grosses installations industrielles : ici une usine agroalimentaire mais probablement pas une sucrerie.

Vue en direction d'Amiens depuis le mémorial Australien

Nous avons repris la route après une petite marche dans le cimetière, pour constater que beaucoup de tombes, comme souvent en de tels lieux, restent anonymes.

Tombe anonyme australienne

Un peu plus loin en remontant en direction d’Albert, un Beluga, un avion transporteur d’Airbus, nous a survolé à basse altitude. De façon assez surprenante, ici au milieu de nulle part se trouve un petite groupe d’usines aéronautiques.

Beluga volant

En contournant Albert, nous avons fait un détour par la grande mine, alias Lochnagar Crater. Le cratère de mine le mieux conservé de cette zone de combat. 27 tonnes d’explosifs avaient été placés sous les lignes allemandes et ont sauté le 1er juillet 1916. La terre aurait été projetée jusqu’à 1200m d’altitude. Il reste aujourd’hui un cratère de 90m de diamètre et 22m de profondeur, conservé et devenu un mémorial britannique. Des bus remplis de scolaires anglais circulaient sur les petites routes d’ailleurs.

Lochanagar crater

Un peu plus loin, laissant nombre d’autres cimetières militaires sur les côtés, nous nous sommes arrêtés au particulièrement gigantesque mémorial britannique de Thiepval, où j’étais déjà passé en 2014.

Monument de Thiepval

Après cela, nous n’avons plus fait de détour et gagné Arras en suivant grosso-modo la voie ferrée d’Amiens à Arras.

Le soir, nous avons dîné en terrasse sur la place des Héros, la plus petite des 2 places marchandes de la préfecture du Pas-de-Calais.

Beffroi d'Arras

Place des Héros

La place des Héros est essentiellement piétonne et le devient complètement le soir, contrairement à sa grande sœur qui reste un immense parking. L’unité architecturale de ces 2 places est impressionnante et on croit sans peine qu’Arras est la ville de France avec la plus grande densité de bâtiments classés monuments historiques.

Grand'place d'Arras

J’ai repris un TGV tôt le lendemain matin pour retourner au boulot avec les pendulaires du coin. Paris n’est qu’à 50min de train alors qu’il nous a fallu environ 12h30 de vélo pour y aller (sans compter les pauses et la nuit).

Le parcours, 2 étapes d’environ 115km : http://www.openrunner.com/index.php?id=6566702

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s