Le Cyclop de Milly-la-Forêt

Dimanche ensoleillé après quelques jours de canicule, Lucie me propose une excursion culturelle, « 20km de vélo pas plus ». Nous devions être 3 mais ne sommes plus que 2 au départ dans les sous-sol de la Gare de Lyon. Sans préavis, le RER vers Malesherbes est supprimé. C’est celui qui nous aurait amené le plus près de Milly. Le suivant est une heure plus tard. Du coup nous décidons de prendre un direct pour Melun histoire de ne pas perdre trop de temps et d’emprunter un itinéraire totalement différent. Une demi-heure plus tard nous sommes en selle et avons 25km à parcourir jusqu’à Milly. Nous nous tartinons le visage et les avant-bras de crème solaire que la transpiration aura vite fait dégouliner, protection symbolique sur un bronzage agricole déjà bien marqué.

Il est midi passé, les routes se vident de voitures. Les quelques villages traversés ont l’air complètement endormis : Chailly-en-Bière, Saint-Martin-en-Bière, Courances. Dans ce dernier nous nous arrêtons pour pique-niquer en face des grilles du château. Les escaliers monumentaux sont clairement inspirés de ceux de Fontainebleau.

Château de Courances

Lucie étrenne un nouveau vélo qu’elle a trouvé pour une bouchée de pain en Bourgogne. Un cadre italien très sobre dont la marque est très discrètement gravée au sommet des haubans : Vicini. L’antivol et le marquage bicycode, tout plébiscités qu’ils soient par les associations de cyclistes urbains, gâtent un peu sa silhouette.

Vélo Vicini

Entre Moigny-sur-École et Milly-la-Forêt il y a une belle piste cyclable qui évite la route principale. Finalement Milly n’est pas si mal desservi que ça. L’embranchement vers le Cyclop est un petit chemin non indiqué de la direction dans laquelle nous arrivons.

Piste cyclable vers Milly

Le Cyclop est une œuvre monumentale en matériaux de récupération, essentiellement de la ferraille, située en pleine forêt plus précisément dans « le bois des Pauvres ». Il a été construit entre 1969 et 1994 par l’artiste suisse Jean Tinguely, sa femme Niki de St Phalle et quelques-uns de leurs amis. D’abord plus ou moins illégalement avec la bienveillance de la commune, puis finalement inauguré par François Mitterrand et son ministre de la culture de l’époque.

La billetterie du site est aussi de la récupération.

Billetterie du Cyclop

Je ne prends que des photos de l’extérieur car il est interdit de photographier l’intérieur pour des raisons de droit.

Sur une des façades on voit une énorme machinerie imaginée par Tinguely pour ne rien faire à part du bruit et faire rouler des grosses boules en inox à travers la structure.

Rouages du Cyclop

À l’arrière, une grande toise donne la mesure de l’édifice, 22m de haut. La toise est posée le long d’une tour faite de tables, chaises, escabeaux, passerelles métalliques empilés et soudés en tout sens. Une bouche d’aération a été récupérée sur le chantier du centre Pompidou.

Toise du Cyclop

Vers le sommet de la structure, un des rares éléments qui n’a pas été monté à la main est un wagon SNCF identique à ceux qui ont servi à la déportation. L’œuvre à l’intérieur la commémore d’ailleurs.

Des escaliers qui ne mènent nulle-part parsèment la structure. La vraie entrée elle, est bien cachée. Ce stratagème servait à leurrer d’éventuel squatteurs. Dans cet amas insolite domine une gigantesque oreille, c’est le début de l’explication du nom Cyclop.

Wagon et oreille du Cyclop

Parce que la dernière façade constitue le visage du Cyclop. Il est recouvert de fragments de miroirs malheureusement bien ternis. L’entretien et la restauration de l’œuvre sont une tâche bien complexe. L’œil est relié à la machinerie et bouge en permanence.

Visage du Cyclop

L’intérieur ne se visite qu’avec un guide et est truffé d’œuvres et d’inventions plus étonnantes et incongrues les unes que les autres. Il est assez étriqué par rapport à ce que les vastes proportions extérieures peuvent laisser penser.

Des ondées passent pendant que nous visitons l’intérieur. Quand nous repartons dans les rues de Milly, elles s’achèvent et laissent une atmosphère à peine rafraîchie et sentant bon le bitume mouillé.

Milly est un gros village qui a la phobie des vélos. Tous les sens interdits y sont doublés d’un panonceau « Y compris cyclistes ». Sachant que tout le centre est en zone 30, les double-sens cyclables devraient y être la règle. Mais le mythe de la dangerosité de tels aménagement a encore frappé, en dépit des constats, études et recommandations de très sérieux organismes gouvernementaux. Les élus sont parfois d’une ignorance crasse et prêts à tout pour conserver les voix d’un électorat qui, dans une ville mal desservie en transports en commun, ne conçoit pas un déplacement sans prothèse motorisée. Il est étrange que le vélo soit perçu comme un moyen de transport un tout petit peu sérieux uniquement dans les grandes villes alors que ce sont dans les plus petites et moyennes, où les distances sont réduites, qu’il a le plus d’intérêt.

La rivière École forme les douves du château et baigne quelques lavoirs en centre-ville.

Château de Milly-la-Forêt

Pont à Milly-la-Forêt

Un des lavoirs de Milly

Le centre est resserré autour de halles datant de la fin du moyen-âge.

Halles de Milly-la-Forêt

Nous quittons la ville par une route que j’ai déjà emprunté quelques fois en direction du massif des Trois Pignons. La route est entourée d’une forêt qui commence à prendre un aspect un peu plus sauvage après le Vaudoué, parsemée de blocs rocheux et de pins qui embaument l’air.

Après Achères-la-Forêt, une fois la saignée de l’A6 franchie, le massif des Trois Pignons devient la forêt de Fontainebleau. Nous trouvons des routes sans voitures quasiment désertes car probablement trop loin des villages pour que la foule des promeneurs du dimanche les atteigne.

Les routes sont souvent en ligne droite, mais dès que le relief, ou des amoncellement de roches, forme un obstacle, elles se mettent à onduler et se courber légèrement. Ce sont les passages où la forêt est un mélange de pins et de hêtres avec à leurs pieds de hautes fougères et quelque rochers que je préfère. Je trouve que ce sont ceux qui distinguent le plus Fontainebleau des autres forêts du bassin parisien.

Route en Forêt de Fontainebleau

Nous contournons la ville de Fontainebleau par le nord, tout en restant au maximum sur des petites routes fermées au voitures. À un moment nous dominons un verdoyant hippodrome. L’herbe est jaunie par un mois de juin très sec partout ailleurs. Cette vue est étonnante. Quel dommage d’avoir ainsi troué la forêt, surtout que l’endroit n’est pas collé à la ville. D’ailleurs, sur une photo aérienne, on constate que les villes jumelles de Fontainebleau et Avon sont très compactes et n’empiètent pas sur la forêt qui les cerne de toutes parts.  Les seules trouées dans la forêt (hormis les routes) sont un golf au sud-ouest et cet hippodrome au nord. L’illustration caricaturale comme le formule Hervé Kempf que « les riches détruisent la planète ».

Hippodrome de Fontainebleau

Après un pittoresque passage en balcon particulièrement tortueux, nous arrivons à la croix du calvaire qui surplombe la ville. Les toits du château sont visibles, quoique discrets.

Centre de Fontainebleau

Le viaduc du train qui va nous ramener vers Paris est juste à nos pieds.

Viaduc d'Avon

En attendant le transilien, les TER Bourgogne et les trains de marchandises traversent la gare à toute allure. Les promeneurs et cyclistes s’accumulent sur le quai. Malgré un train toutes les demi-heures celui-ci est plein à craquer. La foule habituelle d’un dimanche d’été nous rattrape enfin alors que les routes étaient désertes. Ce n’est pas un retour à la civilisation car nous ne l’avons jamais quitté, mais un peu quand-même, la promiscuité, le bruit et l’odeur.

En tout nous avons roulé une bonne soixantaine de kilomètres, au lieu des 20km maximum prévus à l’origine, et nous en revenons bien évidemment ravis. Le tracé du parcours est ici : http://www.openrunner.com/index.php?id=5008292

Publicités

Une réflexion sur “Le Cyclop de Milly-la-Forêt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s