Laon – Soissons

Quand on m’a annoncé que je devais me rendre à Laon pour une réunion de travail, j’ai immédiatement imaginé toutes les possibilités que ça m’ouvrait pour enchaîner sur une petite balade à vélo. Parce que Laon pour moi ça rime avec vélo (la poésie n’a jamais été mon fort) comme en témoignent les quelques fois où la ville m’a servi de point de départ ou d’arrivée : , , et . La ville est assez proche de Paris et entourée d’un sympathique paysage de collines et de forêts.

La réunion ayant lieu le matin, j’ai posé mon après-midi pour profiter du beau temps et faire une partie du retour à vélo. J’ai eu le temps de faire un tour dans la ville haute, autour des remparts, après l’arrivée de mon train du matin.

Porte d'Ardon à Laon

Tours de la cathédrale de Laon

Laon

Au boulot, mes interlocuteurs ont été un peu surpris de me voir demander innocemment où je pouvais garer mon vélo alors qu’ils savaient que j’arrivais de Paris.

Je n’avais nulle envie de reprendre un itinéraire que je connaissais déjà en direction de la capitale, alors je me suis concocté un large arc de cercle pour m’en éloigner un peu en privilégiant les bosses de la région. Laon déjà en est une de bosse, mais vers le sud, les vallées entaillent avec régularité le plateau et il y a donc moyen d’enchaîner les petites montées d’une centaine de mètres de dénivelé.

En haut de la première, à Chéret, en me retournant je vois la colline de Laon barrer l’horizon.

Laon depuis Chéret

Après une descente aussi longue, ça repart pour une deuxième montée vers le château de La Bove, puis une redescente dans la vallée de l’Ailette où je croise une voie verte abondamment signalée. Sans doute la proximité du Center Parc y est pour quelque-chose. Au milieu de la forêt se trouvent les ruines de l’Abbaye de Vauclair.

Tour de l'abbaye de Vauclair

Abbaye de Vauclair

Je grignote au milieu des ruines et grimpe ensuite vers le chemin des Dames. Je coupe cette route à la Ferme d’Hurtebise et la longe jusqu’à un monument en hommage aux bataillons Basques.

Chemin des Dames - Monument aux Basques

Le soleil tape vraiment fort dans la petite vallée qui vient ensuite et où j’enchaîne les villages et les vallons.

Oulches-la-Vallée-Foulon

À Pargnan, je tombe sur le premier village d’une série un peu particulière qui semble typique de ces alentours de la vallée de l’Aisne : le village est construit contre une petite falaise juste en dessous du niveau du plateau. La falaise est percée de grottes qui prolongent les bâtiments ou offrent des remises et caves sans pour autant que le village soit troglodyte.

C’est le même topo autour du plateau de l’autre côté de la vallée de l’Aisne.

Grottes à Vauxcéré

Après Braine, je monte sur un plateau qui dure un peu plus longtemps. Les champs de céréales sont de temps en temps ponctués d’une ancienne ferme fortifiée ou commanderie. Ça manque un peu d’ombre et je suis heureux de redescendre dans la vallée de la Crise sur quelques kilomètres avant d’arrivée à Septmonts. Les restes du château ne sont pas vilains.

Château de Septmonts

Après ce village, il me reste une dernière côte pour franchir le Mont de Beleu. Du haut de la descente, Soissons se dévoile avec bien reconnaissables les 2 tours de l’abbaye ruinée de St-Jean-des-Vignes.

Soissons vu du mont de Beleu

Je trouve la gare très facilement parce que j’arrive du bon côté de la ville. La route directe depuis Laon ne faisait guère plus de 30km mais avec ce tour j’en ai plus de 80 au compteur.

Si j’avais échappé aux marques de bronzage en Grande Bretagne, cette fois ça y est, elles sont installées pour la saison.

Voila le parcours avec son beau profil en dents de scie :

Profil Laon-Soissons

 

Publicités

5 réflexions sur “Laon – Soissons

  1. A peu de chose près on aurais pu se recroiser, j’ai repris le 1.
    Tu as fais un chouette arc de cercle, pour l’anecdote au donjon de Septmonts un tag a été laissé par Victor Hugo, la vue du haut est peut être plus intéressante 😉 faudra que j’y retourne

    • Ah je ne savais pas pour le tag d’Hugo :\ J’ai raté ça. Bon j’étais surtout intéressé par le robinet du cimetière à Septmonts. J’étais complètement à sec !

  2. PartageTaRue94: bien tenté, mais laon, se prononce « lan » comme le mot « faon » donc ça ne rime pas. T’as dû aller aux mêmes cours de poésie que Sylvain ! 😉 Ceci dit, même avec la bonne prononciation, je suis d’accord avec ta maxime.

    C’est mon coin aussi. Pour la petite histoire, les maisons troglodytiques s’appellent des « creuttes » dans le patois local.

    Il ne me semble pas que tu l’aies encore fait donc la prochaine fois que tu passes dans la région, on pourra s’arranger pour partir à l’assaut de Coucy le château-Auffrique!

    A plus!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s