Gran Fondo de la Brasserie Parisis

J’ai attendu le dernier jour du mois de février pour tenir mon engagement d’aller visiter une brasserie par mois à vélo. Cette fois je me suis joint à un groupe de cyclistes qui a organisé cette visite et une balade de 65km au départ de Bois-le-Roi. Mais comme le rendez-vous là-bas n’était qu’aux environs de midi ça m’a laissé le temps de partir directement de Montreuil plutôt que de prendre le transilien avec les autres.

À 7h15 j’ai démarré par des routes bien connues à travers le bois de Vincennes, sur les bords de Marne autour de St-Maur puis la montée de Sucy. Une fois dans la forêt Notre-Dame j’ai bien compris que j’avais sous-estimé le froid matinal. Les flaques étaient gelées et quand je devais en traverser une, je mettais plusieurs dizaines de mètres à me débarrasser d’un collant mélange de boue et de glace.

Forêt Notre-Dame

Une fois à découvert dans la Brie, j’ai commencé à avoir franchement froid aux extrémités, j’aurais du me couvrir comme à Laon 3 semaines plus tôt. Le vent ne m’était pas favorable et j’ai eu l’impression de me traîner en égrenant les bleds de Seine-et-Marne : Lésigny, Férolles-Atilly, Chevry-Cossigny, Grisy-Suines, Limoges-Fourches.  Traversant lignes à haute tension, 2 LGV, l’autoroute A5, contournant un aérodrome, j’ai atteins Melun pile à l’heure prévue. Après un rapide ravitaillement en pains au chocolat j’ai retrouvé Maria à la gare à 10h30.

Nous avons roulé ensemble le long de la Seine sur les 8,5km nous séparant de Bois-le-Roi. Là nous avons pris le temps de pique-niquer en attendant les autres. Les autres étaient bien plus nombreux que je ne m’y attendais. Le transilien s’est littéralement vidé de cyclistes, entre 35 et 40 personnes, il y en avait à toutes les portes.

Nous sommes partis tous ensemble, en tentant de le rester, en direction de Fontainebleau. La température était franchement montée et j’ai finis par retirer mes collants chauds devenus franchement inutiles. La forêt est traversée de part en part par de nombreuses grandes routes, mais les organisateurs, Théo et Antoine, avaient trouvé de petites routes très agréables, faisant de jolies courbes entre les rochers. J’aurais bien aimé faire un peu plus de tourisme d’ailleurs. Mais nous ne nous sommes arrêtés qu’au château de Fontainebleau.

Château de Fontainebleau

Groupe devant les grilles de Fontainebleau

Nous avons fait un regroupement devant la grille du château. Mais comme le temps prévu était plutôt optimiste, 4h pour 60km pauses comprises, nous n’avons pas vraiment traîné sur place.

En direction de Barbizon, la route était vraiment superbe et en grande partie à l’écart du trafic. Nous avons ensuite traversé le village par sa rue principale en sens interdit. Personne n’a rien osé dire à un groupe de 40 personnes.

Au carrefour du Bas-Bréau

Ensuite nous avons eu droit à un long passage en gros pavés particulièrement secouants puis une jolie route de campagne déserte avant St-Martin-en-Bière. Je ne sais pas si le passage par ces villages -en-Bière était délibéré.

Route vers St-Martin-en-Bière

À partir de là on a rejoint une route que je connaissais, jusqu’à la Seine par la vallée de l’École, traversant le fleuve à Ponthierry puis le longeant rive droite jusqu’aux environs de Corbeil-Essonnes. Suite à un égarement, j’ai attendu les quelques derniers et les ai guidé moi-même sur les 20 derniers kilomètres jusqu’à la brasserie à travers la forêt de Sénart. Et nous avons finalement réussi à ne pas arriver les derniers. Je crois que pour un grand groupe c’était la bonne solution de se séparer vraiment en petits groupes autonomes. On aurait du y penser avant.

Nous avons hésité un instant devant la porte, ne voyant aucun vélo. En fait, tout ce beau monde tenait parfaitement dans l’immense hangar.

Vélos dans le hangar de la Parisis

Ce n’est que là que nous avons eu vraiment le temps de discuter en dégustant 3 des bières de la Brasserie Paris : blonde, ambrée et IPA. Puis nous avons dévalisé les étagères et rempli nos sacoches. Il y avait aussi un biporteur Bullit, qui a sûrement été celui qui en a ramené le plus, une caisse de 24.

Bières de la Brasserie Parisis

J’ai proposé de raccompagner un petit groupe jusqu’à Paris, les plus courageux qui ne voulaient pas rentrer en RER. Les 27km sont passés à toute vitesse le long de l’Yerres puis sur les bords de Seine jusqu’à ce qu’on se sépare au pont de Tolbiac.

Arrivé chez-moi à 19h30 j’avais 158km au compteur à 19,6 de moyenne, soit en gros 8h de roulage sur 12h. On n’a pas chômé et on a bien mérité nos bières.

Voila l’itinéraire :

Itinéraire Parisis Bier Tour Extended

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s