Brame du cerf en Châtillonnais

Au début de l’automne, dans les forêts du Châtillonnais, les cerfs brament. Le prétexte est tout trouvé pour une balade à vélo dans cette partie du nord de la Côte-d’Or. Christine et Quentin, les régionaux de l’étape, ont invité toute une bande de cyclo-voyageurs pour l’occasion.

Le rendez-vous se fait à la gare de Montbard car 6 d’entre-nous arrivent de Paris. Les derniers réglages et échanges de matériel (tentes, duvets…) sont faits sur le parvis avant d’aller faire fonctionner le commerce local au café de la gare. Arnaud a pris les choses très au sérieux et a affublé son vélo d’une tête de cerf.

Cerf à Montbard

Nous commençons à rouler sur la grande route de la vallée de la Brenne et au premier village nous la quittons pour le vallon boisé du ruisseau de Fontenay. À peine un quart d’heure après être partis, nous déposons les vélos pour visiter l’abbaye de Fontenay, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Les partisans du oui à un peu de culture l’ayant emporté sur les partisans de la route. De toute façon, rien ne presse.

Croix à l'entrée de l'abbaye de Fontenay

L’abbaye n’a pas bougé depuis des lustres. J’en ai gardé un souvenir intact de ma dernière visite il y a une bonne douzaine d’années et j’ai retrouvé les mêmes jardins biens entretenus et les mêmes pièces dépouillées aussi bien dans l’église et le cloître que dans les forges.

Pigeonnier de l'abbaye de Fontenay

Hors l’église, le dortoir est la pièce la plus vaste et est recouverte d’une très belle voûte en coque de navire renversée.

Le dortoir, abbaye de Fontenay

Du dortoir on a une belle vue sur le cloître.

Cloître de l'abbaye de Fontenay

Autour du cloître

Le jardin est parfaitement taillé mais sans fioritures, juste de la pelouse et quelques buissons.

Jardin de l'abbaye de Fontenay

Du côté du ruisseau se trouve le bâtiment des anciennes forges. Elles sont considérées comme une des premières industries métallurgiques de la région (au 12e Siècle). Les usines sont maintenant à Montbard et un panneau « Metal Valley » trône d’ailleurs sur la place de la gare.

Forges de Fontenay

Après cette première pause culturelle, nous reprenons notre route dans la jolie vallée du ruisseau de Fontenay. Nous nous élevons par un lacet jusqu’au village de Touillon qui constitue l’entrée du plateau du Châtillonnais.

A vélo dans la vallée du ruisseau de Fontenay

Après Touillon, nous trouvons un relais de chasse inoccupé et sortons une table et quelques chaises pour pique-niquer. J’ai trouvé ce lieu sordide avec ses calendriers de chiens de chasse, de gibier et de femmes nues au murs. Juste après avoir repris la route, des biches traversent devant nous. A quelques centaines de mètres à peine du repère des chasseurs, ce n’est pas le meilleur endroit pour gambader.

Nous arrivons ensuite au village de Villaines-en-Duesmois. Il y reste les vestiges d’un château fort : quatre tours rondes ne servant plus guère que de piquets autour d’un champ.

Villaines-en-Duesmois

Cette fois nous sommes dans un désert. Nous ne croisons plus aucune voiture pendant des kilomètres. Il faut dire que le Pays Châtillonnais est moins densément peuplé que la Lozère avec ses 11 habitants au kilomètre carré.

Nous redescendons du plateau dans la vallée de la Seine puis nous remontons celle du Brévon. C’est la partie que j’ai trouvé la plus pittoresque de la journée. Près du lieu-dit la Chouette il y a quelques étangs.

Etangs près de la Chouette

Vallée du Brévon

Nous longeons ainsi cette vallée jusqu’au village de Rochefort-sur-Brévon et son château. Sur la route nous nous arrêtons à un moment en plein milieu pour quelques réparations. Quasiment personne ne passe sur cette départementale.

Château de Rochefort-sur-Brevon

Le ruisseau s’élargit au milieu du village pour refléter l »église et les quelques maisons.

Rochefort-sur-Brévon

Pour sortir du village, surprise du chef, une petite côte bien raide nous ramène sur le plateau. Le début de ce raidillon dans un village me rappelle une côte proche à Montmoyen par laquelle nous avions rejoins la forêt de Châtillon en 2012.  Après quelques passages sur chemin nous nous retrouvons à l’entrée de la principale route de traversée de la forêt de Châtillon. Ça n’est que la 3ème fois que je l’emprunte.

Forêt de Châtillon

Au lieu d’emprunter cette traversée sur toute sa longueur, nous tournons à angle droit par une des « tranchées », un de ces chemins forestiers tout aussi rectiligne qui coupent la forêt, en direction d’Aisey-sur-Seine. C’est le passage le plus tout-terrain de la journée, on prend des vibrations plein les poignets. Ma plus grosse crainte à ce point : que les capsules des bières dans les sacoches tiennent le coup !

Arrivés tout en bas à Aisey, nous traversons la Seine qui n’est alors encore qu’une petite rivière.

La Seine à Aisey

Nous nous installons pour camper chez un ânier. Le propriétaire n’est pas là mais a laissé tout le nécessaire à notre confort, toilettes sèches et douches solaires. À la nuit tombée, nous rebroussons chemin jusqu’à la forêt de Châtillon pour tenter d’écouter le brame du cerf. Peine perdu ! Nous avons beau tendre l’oreille pendant de longues minutes et nous montrer le plus discret possible, rien à faire. Nous ne sommes pas au bon endroit ce soir où alors les cerfs ont trouvé une autre occupation pour la soirée. Par contre nous entendons plusieurs chouettes et nous repérons les ânes du propriétaire de notre terrain de camping, parti emmené d’autres touristes en week-end trappeur. Peut-être ont-ils eu plus de chance que nous et entendu le brame.

De retour au campement nous passons le reste de la soirée autour d’un feu de camps à déguster les meilleurs bières du monde (entre autres), car Christophe faisait partie de l’expédition de Westvleteren en juin dernier et a apporté quelques bouteilles.

Au matin, un animal, probablement un renard, a fait ripaille de la poubelle et du saucisson qu’on avait oublié à l’extérieur. Il fait plutôt bon alors qu’on était parti équipé pour une expédition polaire et une nuit de camping à 4°C. Nous déjeunons de ce que nous avons apporté car la boulangerie la plus proche est à 18km. Mais quelques kilomètres après avoir repris la route, au premier village on découvre l’existence d’une petite épicerie de village avec dépôt de pain qui nous aurait évité de prévoir un week-end en autonomie complète.

Toute la matinée nous roulons sur le plateau en direction d’Ancy-le-Franc. Sur cette cinquantaine de kilomètres nous ne croisons presque personne à part. Un renard court devant nous pendant un petit moment. À Ancy-le-Franc nous pique-niquons non loin du château assez sobre, carrément carré, que nous ne visitons pas.

Château d'Ancy-le-Franc

Pyramide face au château d'Ancy-le-Franc

De là nous rattrapons le canal de Bourgogne et nous le longeons jusqu’à Montbard. Nous découvrons que le chemin de halage a été rénové relativement récemment. Il était en mauvais état quand j’y suis passé en 2010 mais est maintenant très roulant. Nous faisons une pause bière en terrasse au bord du canal à Chassignelles, profitant du probable dernier week-end de l’année où la météo le permet encore.

Le canal de Bourgogne près de Ravières

À Buffon, les partisans de la visite des forges sont moins nombreux que les opposants. Du coup nous continuons jusqu’à Montbard où nous refaisons le chiffre du café de la gare avant de reprendre le train vers Paris.

En 2 jours nous avons roulé environ 150km (en incluant le retour dans la forêt pour le brame du cerf). Voila le parcours.

Publicités

3 réflexions sur “Brame du cerf en Châtillonnais

  1. Bonjour Sylvain

    J’ai apprécié votre balade en Cote d’Or et grace à vous decouvert le château de Rochefortsur-Brivon que je ne connaissais pas. Merci !

    Marie51

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s