Breda – Bremen

Breda, Pays-Bas, 15 juillet. Le voyage à vélo continue après un prélude de 5 jours en France et en Belgique relaté dans l’article précédent. Dorénavant nous sommes quatre. Nous pédalons en essayant de suivre la liste de knoopunten que nous avons établi la veille. Tantôt en forêt, tantôt en ville ou le long d’un canal, l’itinéraire change régulièrement d’allure. Mais ce n’est qu’en arrivant dans le parc national de Loon et des dunes de Drunense que nous rencontrons une vraie zone naturelle néerlandaise.

Parc naturel de Loon et des dunes de Drunense

Ce parc est essentiellement une forêt dont une partie déboisée a laissé place à des étendues de sable comme on en trouve dans quelques massifs forestiers du bassin parisien. Elle n’est traversée que par des sentiers de randonnée et des pistes cyclables qui zigzaguent un peu plus qu’en temps normal.

À la sortie du parc nous longeons un canal qui, comme déjà remarqué en Belgique, voit ses digues entretenues par des moutons. Je ne sais pas à quoi sert ce canal car il n’est apparemment pas ouvert à la navigation.

Moutons le long du canal vers 's-Hertogenbosch

J’en profite aussi pour prendre une photo du vélo, la première en six jours. Tout tient dans les quatre sacoches, y compris le matériel de camping. Seule la veste de pluie est dehors au cas où car la météo est un peu mitigée.

Vélo sur la digue de Drunense

Après quelques kilomètres le long du canal nous arrivons à ‘s-Hertogenbosch (Bois-le-Duc en français). L’entrée dans la ville est brutale, on passe directement des champs aux immeubles. Il n’y a pas ou peu de zones pavillonnaires qui s’étalent aux portes des villes, on sent que l’espace est plus précieux aux Pays-Bas qu’en France et en Belgique.

La ville est agréable et nous passons un moment en terrasse sur la place principale en compagnie de Clément (je francise son nom, je ne sais pas comment ça s’écrit) un aspirant cyclo-voyageur qui prévoit de traverser l’Europe jusqu’en Bulgarie.

Place principale de 's-Hertogenbosch

Clément nous accompagne aussi pour une petite visite de la ville. Elle possède une grosse cathédrale et un musée dédié à Jérôme Bosch.

Cathédrale de 's-Hertogenbosch

Devant le musée Jérôme Bosch

Nous roulons ensuite tous les cinq, Clément nous servant de guide. Nous le soupçonnons de nous faire faire des détours car nous zappons toutes les indications de knoopunten. Quand il nous abandonne nous ne sommes qu’à quelques kilomètres du camping de Geffen.

Moulin à Geffen

Ce premier camping n’est indiqué qu’au dernier moment. Il est tout petit, familial. Nos voisins nous offrent, avant même que nous ayons monté les tentes, du thé et des gaufres au miel. Il est très calme et confortable avec une salle abritée avec wifi et bouilloire. Dans le fond il y a un enclos avec des wallabys.

Wallaby à Geffen

Le lendemain matin nous repartons à travers une belle forêt en évitant les villes. Nous traversons à nouveau une réserve naturelle qui forme un très vaste enclos ou les chevaux et les vaches des Highlands sont en semi-liberté.

Vache des Highland près de Oss

Etang près de Oss

Cette réserve est encore une bonne surprise. Je n’attendais rien d’extraordinaire de la nature aux Pays-Bas mais je dois dire que c’est la deuxième fois que nous sommes bluffés par la qualité de leurs réserves.

À Ravenstein nous traversons la Meuse qui forme une sorte de très large canal. De l’autre côté nous rencontrons les premiers groupes de marcheur. Nous tombons en plein dans la plus grande manifestation sportive annuelle du coin : la marche de 4 jours de Nimègue. Nous croisons plusieurs fois le cortège des marcheurs à mesure que nous approchons du centre de Nimègue. La ville n’est pas désagréable mais il y a vraiment beaucoup de monde et les monuments sont masqués par les estrades, les scènes de concert, les toilettes, les terrasses et toutes les banderoles déployées pour l’occasion. Tant bien que mal nous parvenons à rejoindre le pont qui traverse le Rhin.

Le Rhin à Nimègue

Pont de Nimègue

Rive droite du Rhin, nous longeons encore un peu le fleuve vers l’amont. Puis nous traversons le canal qui relie le fleuve à la ville d’Arnhem en prenant un petit bac. Nous nous arrêtons à Aerdt dans un camping presque aussi bien que le premier.

Chevaux à Aerdt

Marie-Cécile nous abandonne quelques jours suite à un imprévu. Elle prévoit de nous retrouver à Brême. Nous continuons la route à trois.

Alors que les Pays-Bas n’ont pas failli à leur légendaire platitude nous rencontrons notre première vrai côte à peine franchie la frontière Allemande ! Sur les premières dizaines de kilomètres nous restons proche de la frontière et combinons les deux systèmes de signalisation mais les knoopuntent disparaissent rapidement une fois que nous nous en éloignons.

Dans un des derniers villages néerlandais que nous traversons, Netterden, il y a quelques sculptures à base d’éléments de vélos.

Sculpture vélo à Netterden

Les autres sculptures sont un peu plus traditionnelles.

Sculpture à Megchelen

En Allemagne les indications sont claires et mentionnent des directions qui existent sur la carte (contrairement aux knoopunten) et des distances. Grâce à ça on se rend vite compte que les itinéraires vélo font faire des détours.

Une bonne partie de la journée nous longeons l’Aa, une petite rivière canalisée. Les vaches paissent les pieds dans l’eau.

Vaches les pieds dans l'Aa

À Bocholt nous commençons à pratiquer notre allemand en dégustant notre premier eiscafé (mit oder ohne Sahne?).

Bocholt

La journée s’éternise le long de l’Aa. Nous finissons par essayer de couper au maximum mais nous dépassons malgré tout les 90km de route en arrivant au camping. Les arrière-trains sont endoloris.

Chèvre au camping de Gross Reken

Le camping de Gross Reken est moins sympathique que les campings néerlandais. C’est un camping à l’allemande, essentiellement pour caravanes et mobil homes avec une petite prairie à tente (Zeltwiese) où nous sommes seuls. Mais il y a des poules, des canards et des chèvres pour tenir compagnie (au moins pour les oreilles).

Le lendemain nous partons en décidant de ne pas faire la même erreur que la veille : fini les itinéraires vélo qui font faire des détours. Au moindre doute nous roulons sur ce qui semble le trajet le plus direct. C’est plutôt une bonne solution car beaucoup de routes sont doublées d’une piste cyclable et les passages dans le trafic sont rares. Mais question paysages c’est un peu moins joli. Nous faisons une pause dans la petite ville de Nottuln.

Nottuln

Ensuite nous suivons la route la plus directe vers Münster. Une fois dans la banlieue, la circulation de vélos s’intensifie et nous passons même dans notre première Fahrradstrasse : une rue comme les autres au premier abord sauf que les vélos sont prioritaires partout, les voitures y sont seulement tolérées.

Fahrradstrasse Münster

Les villes allemandes que nous avons traversé pour l’instant n’avait pas un charme fou mais Münster sort du lot. C’est une très belle ville. Pourtant détruite pendant la guerre, tout ou presque a été reconstruit avec soin. Le centre est presque intégralement vide de voitures et il y a beaucoup de vélos.

Arrivée en plein centre de Münster

Nous nous installons au camping (luxueux) un peu à l’écart mais nous revenons ensuite au centre pour manger de délicieuses spécialités westphaliennes et faire un petit tour en ville. Pour commencer, en faire le tour est rapide car le parc qui ceinture le centre est un véritable périphérique pour cyclistes. Dans le centre, les pavés invitent un peu plus à la flânerie.

Münster Überwasserkirche

Tous les styles architecturaux se mêlent mais dans la rue principale on trouve surtout de très belles maisons de marchands.

Münster maison de la Prinzipalmarkt

Maisons de Münster

Le lendemain nous sommes déjà du bon côté de la ville, le camping se trouvant 6km à l’Est. Nous utilisons le balisage de l’itinéraire vélo longue distance numéro 7, dit « le chemin des pèlerins », pour nous éloigner. Il fait très chaud ce jour là et les nombreux passages ombragés sont très appréciables.

Sans m’en rendre compte j’ai pris dans la journée toujours le même type de photo de maisons de campagne.

Pleistermühle

Dans les environs de Telgte

Dans les collines vers Osnabrück

Après Lienen, après un eiscafé sous une chaleur infernale, nous empruntons une véritable route de montagne avec des lacets qui attirent une foule de motards. La région autour d’Osnabrück est très vallonnée, ça change des étapes précédentes. Du coup une descente est l’occasion de la plus grande pointe de vitesse du voyage : 59,70km/h.

Route dans les environs d'Osnabrück

Osnabrück est une jolie ville avec quelques maisons en bois copieusement décorées.

Maison à Osnabrück

Maison à Osnabrück

Indications pour vélo à Osnabrück

Après avoir fait de grosses courses (comme nous sommes samedi), nous grimpons à l’assaut du camping. En effet il se trouve sur une bosse près de la tour de télévision.

Le lendemain nous commençons par essentiellement descendre. Le massif de collines qui entoure Osnabrück s’arrête aussi brusquement qu’il a démarré. En tout nous l’aurons traversé sur 30 ou 40 kilomètres tout au plus. Après cela c’est très très plat dans des zones de marais drainées et maintenant intensivement cultivées. Nous passons notamment près de cultures de fraises prêtes à être ramassées ( c’est-à-dire avec des toilettes de chantier installés tous les 150m pour les saisonniers !).

À la mi-journée nous nous baignons dans le Drümmersee. Même aux bouées qui délimitent la zone de baignade, l’eau ne dépasse guère la taille.

Drümmersee

Le soir nous campons également près d’un petit lac où la baignade est possible à Goldenstedt.

La dernière étape avant Brême nous démarrons sous la pluie. Elle ne dure pas longtemps mais la route n’est pas très intéressante sous la grisaille. Nous faisons sécher les tentes en pique-niquant à proximité de l’aéroport de Brême, lieu-dit Grolland, avant d’arriver en ville en milieu d’après-midi. Nous déposons nos affaires à l’auberge de jeunesse avant de faire un tour en ville.

À la gare nous retrouvons Marie-Cécile qui nous rejoint pour la suite du voyage après 5 jours d’absence.

Bremen Hauptbahnhof

Le centre-ville de Brême est peu étendu, coincé entre le fleuve Weser et les anciennes douves qui forment un parc agréable. Les bâtiments historiques sont énormes et sombres avec des toits de cuivre vert mais dans un beau style renaissance allemand.

Hotel de ville de Brême

Am Markt

Maisons de Brême

Cathédrale de Brême

Je parviens furtivement à prendre une photo des fameux animaux musiciens de Brême pendant qu’aucun touriste ne pose devant.

Les animaux de Brême

Nous mangeons dans une brasserie bavaroise. Tant pis pour les spécialités de la région, je mange un plat de franconie (région de Nürnberg, ça me rappelle plutôt l’été 2012). Jusque là il n’est pas difficile de boire des bières différentes tous les jours. Alors que la nuit tombe nous visitons le quartier sans doute le plus pittoresque, celui des pêcheurs, aux ruelles étroites.

Schnoorviertel Bremen

Voila 12 jours que je suis parti et nous avons déjà traversé la moitié de l’Allemagne. Entre le 15 et le 21 juillet nous avons roulé 74 – 62 – 93 – 61 – 79 – 89 et 55km.

Je décrirais les 5 dernières étapes allemandes dans le prochain article. A suivre donc… ici >>

Publicités

2 réflexions sur “Breda – Bremen

  1. Sylvain, merci pour les photos de ‘s-Hertogenbosch, Oss, Geffen et Nijmegen … j’y ai passé une grande partie de ma jeunesse ! Le garçon à ‘s-Hertogenbosch ne s’ appelle pas Clemens par hasard ? Bises, Betty B.

    • Peut-être bien que oui. Je n’ai pas cherché l’orthographe et comme j’hésitais entre un k et un c…
      En tout cas cette partie du voyage m’a donné envie (et pas qu’à moi je pense) de retourner aux Pays-Bas.
      Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s