Balade en vallée de Chevreuse

Dimanche dernier je suis parti en balade en vallée de Chevreuse. Le point de départ était fixé à St-Rémy-les-Chevreuse, terminus du RER B un peu avant midi. Plutôt que d’emprunter le RER, j’ai rejoint le point de rendez-vous à vélo en partant de Rambouillet. Ça m’a permis de traverser la haute vallée de Chevreuse que je ne connaissais pas encore.

J’ai donc rallié la gare Montparnasse dès potron-minet, confiant dans le fait d’aller monter dans un train aussi vide que les rues de Paris à cette heure. Mais le TER s’est trouvé en réalité plein comme un œuf et sortir le vélo du train à Rambouillet n’a pas été une mince affaire.

Mes premiers coups de pédale étaient dans le parc du château de Rambouillet. Il est très agréable et ombragé avec un grand plan d’eau qui forme plusieurs canaux.

Canal dans le parc du château de Rambouillet

Statue de cerf à Rambouillet

Le château pour sa part n’est pas très grand, surtout vu du fond des perspectives du parc.

Château de Rambouillet

Carte du centre de Rambouillet

Après avoir retraversé le centre-ville de Rambouillet, je me suis rapidement retrouvé dans un morceau de son immense forêt domaniale. La petite zone que j’ai traversé sur une belle piste cyclable s’appelle la Forêt Verte.

Piste cyclable de la forêt verte

J’ai atteint l’entrée de la vallée de Chevreuse à Auffargis. À partir de là j’ai croisé une foule de cyclistes du dimanche, en groupes ou seuls, toujours en lycra bardés de sponsors. Il faut dire que 10h du matin c’était l’heure la plus propice à en croiser.

La forêt reste omniprésente dans la partie de la vallée dite des Vaux de Cernay. Il n’y a pas d’habitations hormis une ancienne abbaye qui sert de lieu de réception.

Genêts dans une ancienne sablière

La petite rivière du Ru des Vaux coule ensuite dans un goulet parsemé de blocs de grès et forme des petites cascades. Le sous-bois prend des airs de Fontainebleau.

Cahos rocheux des Vaux de Cernay

Après ce passage je suis arrivé dans une zone plus ouverte, avec d’avantage de champs et d’habitations. Mais c’est surtout les châteaux qui ont commencé à parsemer le paysage.

J’ai fait d’abord un crochet par le château de Senlisse, assez discret au milieu de la verdure.

Château de Senlisse

Au village suivant, le château de Dampierre tombe dans l’excès inverse et ne passe pas inaperçu.

Château de Dampierre-en-Yvelines

J’ai traversé ensuite le village de Chevreuse, qui a donné son nom à la vallée. La rivière n’est pas la Chevreuse comme on pourrait s’y attendre mais l’Yvette. Le village est surplombé par la forteresse médiévale de la Madeleine.

Forteresse de la Madeleine

J’ai atteint St-Rémy après une approche de 30km depuis Rambouillet, 40 en comptant le trajet jusqu’à la gare Montparnasse. J’ai attaché le vélo à la gare et j’ai attendu les autres randonneurs qui sont arrivés peu après. Les alentours de la gare grouillaient déjà de randonneurs partant dans toutes les directions, j’imagine à quel point Fontainebleau a du être fréquentée ce week-end également.

Nous sommes partis à pied vers le sud, sur un chemin empruntant la plate-forme d’une ancienne voie ferrée puis nous avons atteint le plateau et la forêt a laissé place à des champs de blé et d’orge sans un poil d’ombre pour se protéger du soleil. À midi nous avons pique-niquez à proximité du château de Breteuil.

Château de Breteuil

Les plus observateurs remarqueront que ce château apparaît très brièvement derrière le président Salengro dès les premières secondes du générique du faux journal télévisé Groland. Étant donné que le château se trouve à côté du village de Boullay-les-Troux, un nom à consonance grolandaise, ça parait normal.

Breteuil dans Groland

Nous avons continué en longeant un des murs du parc du château avant de pouvoir revenir vers le nord et le village de Chevreuse. Auparavant à Choisel nous sommes passés près d’un lavoir avant de remonter par un raide sentier que des adeptes de VTT étaient en train de balayer. L’idée de balayer un chemin forestier m’a parue un peu saugrenue.

Lavoir de Choisel

Nous avons ensuite retraversé une partie du plateau, boisée cette fois.

Chemin forestier vers Chevreuse

Au milieu de la forêt, un petit groupe de bâtiments dans un jardin bien entretenu autour d’un château sert essentiellement à des cérémonies de mariage, dont une se déroulait ce jour-là.

Maison dans la forêt à Méridon

Après une courte descente nous avons enfin débouché sur le village de Chevreuse. Je ne m’y étais pas vraiment attardé à vélo, mais cette fois, à pied, nous prenons plus de temps pour le visiter. La forteresse est impressionnante quand on arrive d’en face.

Forteresse de la Madeleine dominant Chevreuse

Nous sommes montés jusqu’à la forteresse qui sert de maison du parc pour le Parc Naturel Régional de la Haute-Vallée de Chevreuse. La tour des Gardes est la partie la mieux conservée (ou la mieux remise en état) du bâtiment.

Tour des Gardes, forteresse de la Madeleine

Au centre de la cour engazonnée il y a un gros corps de logis fortifié.

Cour de la forteresse de la Madeleine

Sur un morceau de rempart on peut monter et avoir une vue sur le village et la vallée. On distingue la gare RER à 2.5km de là et encore plus loin les tours blanches des cités des Ullis. Bref, la région parisienne se rappelle à notre bon souvenir ! Si on garde les yeux sur le centre du village (enfin un village de 6000 habitants quand-même), on conserve l’impression d’être en pleine campagne. Ce qui est pas mal à seulement 30km du boulevard périphérique.

Chevreuse au pied de sa forteresse

Le centre de Chevreuse n’est pas spécialement joli mis à part la rue des tanneries qui longe un canal de dérivation de l’Yvette enjambé par de nombreux petits ponts.

Canal à Chevreuse

Nous avons ensuite rallié la gare RER de St-Rémy d’où tout le monde est reparti en train sauf moi. J’ai récupéré mon vélo et je suis rentré dessus jusqu’à Paris. D’abord en longeant la vallée de l’Yvette jusqu’à Massy. Dès St-Rémy, la vallée n’avait plus rien de rural et je n’ai fait que traverser des villes de banlieue contiguës. Mais les petites routes que j’ai trouvé étaient plutôt calmes. J’ai failli me perdre à Massy mais j’ai finalement récupéré la coulée verte des voies du TGV Atlantique. Ce n’est pas une piste cyclable que je trouve très agréable (il y a du relief, des chicanes en nombre et c’est partagé avec une foule de piétons) mais au moins il n’y a pas à réfléchir à l’itinéraire.

Dernier château de la journée, la coulée verte laisse une belle perspective sur le parc et le château de Sceaux.

Parc et château de Sceaux

Peu après Sceaux, une fois en terrain à peu près connu, j’ai quitté la voie verte pour emprunter quelques grandes rues et rejoindre Paris un peu plus à l’Est que la porte de Vanves. Résultat, je suis rentré dans Paris par sa seule poterne, la poterne des Peupliers (qui sous ce nom charmant cache comme les autres un simple pont en béton du périphérique). J’étais à court d’eau depuis quelques kilomètres mais j’ai pu refaire le plein au siège d’Eau de Paris dans la rue de Tolbiac. Il y avait la queue pour les robinets d’eau pétillante mais pas pour l’eau plate qui me convenait bien.

Le retour à vélo depuis St-Rémy a fait 45km.

Parcours à vélo complet de Rambouillet à Montreuil (la vallée de l’Yvette ressort très nettement sur la photo aérienne) :

Parcours Rambouillet - Montreuil

Balade à pied autour de Chevreuse :

Carte de la randonnée à Chevreuse

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s