Ski alpin en Vanoise

Cela faisait 4 ans que je n’avais pas chaussé de skis. Mais le ski c’est comme le vélo ça ne s’oublie pas.

Je suis allé une semaine skier sur le domaine des Arcs en Haute Tarentaise. J’y suis déjà venu 2 fois par le passé et c’est un domaine que j’apprécie pour la bonne neige garantie par son altitude. J’aime bien également son accessibilité en train, funiculaire et navette il n’est qu’à une grosse demi-journée de voyage de la région parisienne. La gare de Bourg-Saint-Maurice accueille aussi des Eurostar et des Thalys et les skieurs du Royaume-Uni sont très nombreux, surtout hors vacances scolaires. D’après les statistiques de location chez Intersport les britanniques représentaient 1/3 de la clientèle cette semaine là.

L’appartement que nous occupions avait vue sur le Mont Blanc (enfin derrière un pylône mais avec un bon cadrage…), et quand les nuages n’étaient pas de la partie c’était un plaisir d’ouvrir les rideaux le matin.

Le Mt Blanc au lever du soleil

En premier plan à droite on distingue les bâtiments de la Rosière, une station dont le domaine skiable est connecté par le col du Petit St-Bernard à La Thuile dans le Val d’Aoste en Italie.

Les premières remontées mécaniques ouvraient aux alentour de 9h et leurs fermetures s’étalaient entre 16h15 et 17h. Nous avons toujours fait des journées non-stop avec juste une figure vin chaud imposée en milieu d’après-midi (enfin pas vraiment imposée mais ça revenait systématiquement dans notre programme libre).

Pendant une journée nous avons eu accès également au domaine de La Plagne, ce qui faisait plus que doubler l’étendue du domaine skiable accessible, environ 1000km de pistes.

Les domaines des Arcs et de La Plagne ne sont connectés que par un court téléphérique suspendu au dessus du vide (à 500m au dessus du torrent) : le Vanoise Express.

Le Vanoise Express

C’est ce jour là que j’ai pris le plus de photos, c’était un des 2 jours de grand beau temps du séjour.

Le domaine de la Plagne est étendu mais ne présente pas de très grandes dénivelées, surtout quand les pistes les plus hautes, sur le glacier de Bellecôte, sont fermées comme c’était le cas ce jour là.

La Plagne

Plus encore qu’aux Arcs, la Plagne est un ensemble de stations disséminées tout autour du domaine skiable : La Plagne, Plagne Bellecôte, Belle-Plagne, Plagne-Soleil, Plagne-Villages, Plagne 1800, Plagne-Montalbert et Montchavin.

Et même Champagny-la-Vanoise, sur le versant Sud du domaine où, devant tant de choix, nous avons jeté notre dévolu sur les pistes aux noms les plus évocateurs.

Piste Kamikaze

Derrière la piste Kamikaze on distingue de gauche à droite : la Grande Motte, la Grande Casse et le Grand Bec de Pralognan. Ça fait beaucoup de « grands » sommets de la Vanoise.

Piste Hara-Kiri

Derrière Hara-Kiri on voit toujours un flanc de la Grande Casse, le Grand Bec et plus à droite le grand glacier des dômes de la Vanoise.

De certains points de ce versant, on se situe dans l’axe de la vallée de Pralognan toujours surplombé par les dômes de la Vanoise. Le plus haut visible à gauche du glacier est celui de Chasseforêt que j’ai gravi en 2003, ça file un coup de vieux !

Pralognan et les dômes de la Vanoise

De retour sur le versant La Plagne, nous avons emprunté plusieurs pistes de liaison, guidés cette fois par les noms les plus tartes que nous avons trouvé sur le plan du domaine.

Piste Marie Chantal

Piste Jean Marie

Partout des pylônes de remontées mécaniques, des flancs terrassés et damés, des immeubles. A l’extrémité Ouest du domaine, le Mont Jovet avait l’air tout à coup plutôt dépouillé.

Le Mont Jovet

Du côté des Arcs, nous avons sillonné les autres jours presque l’intégralité du domaine. Du haut de l’Aiguille Rouge à 3200m jusqu’à Villaroger 2000m plus bas, des pistes forestières de Peisey-Vallandry aux champs de bosses venteux du Grand Col. Mais même avec cette variété de pistes à disposition et malgré l’étendue du domaine, j’ai eu l’impression de tourner en rond les derniers jours. Passer une semaine au même endroit, à faire la même chose tous les jours, ce ne sont pas vraiment des vacances qui me ressemblent. C’est bien pour ça que je ne vais pas souvent faire du ski ainsi.

Un seul téléphérique, régulièrement fermé si les conditions météo sont défavorables, mène au sommet de l’Aiguille Rouge.

Arrivée du téléphérique de l'Aiguille Rouge

De l’Aiguille Rouge on a une vue très dégagée de tous côtés sauf au sud où l’on bute sur la face nord du Mont Pourri.

Le Mont Pourri

C’est le seul endroit d’où l’on voit se détacher derrière le Beaufortain les sommets de la chaîne des Aravis, de la porte de Aravis à gauche à la Pointe Percée à droite, même si ce n’est pas son flanc le plus reconnaissable.

La chaîne des Aravis

Le col de l’Arpette est le point central du domaine des Arcs, il forme un point de passage entre le versant Ouest (Arc 1600, 1800 et Peisey-Vallandry) et la combe d’Arc 2000 à l’Est. C’est du coup un très beau point de vue sur cette combe dominée par l’Aiguille Rouge et le Mont Pourri.

Aiguille Rouge et Mont Pourri

Le téléphérique de l’Aiguille Rouge lui-même n’est pas ce qui défigure le plus la montagne. Mais l’été quand les terrassements des pistes sont visibles à nu, l’aiguille doit paraître bien balafrée.

Vu le froid de cette semaine nous avons passé plus de temps sur le versant Ouest et notamment Peisey-Vallandry où les pistes en forêt sont moins monotones qu’ailleurs, surtout quand le temps est couvert.

Le sommet à la forme la plus identifiable que l’on a vu depuis presque partout sur le domaine reste la Pierra Menta dans le Beaufortain.

La Pierra Menta

Pour mieux situer tous ces lieux je vous conseille d’aller jeter un oeil à OpenSnowMap. La carte est très complète sur les domaines des Arcs et de la Plagne, un peu moins sur d’autres domaines que je connais comme La Clusaz. En dézoomant un peu on voit très bien l’étendue des 3 grandes usines à ski qui encerclent le parc national de la Vanoise : les 3 vallées, Tignes-Val-d’Isère et « Paradiski » (le nom kitsch du domaine les Arcs-la Plagne).

J’ai trouvé cette semaine de vacances déconnectée très reposante. La pratique du vélo y est sans doute pour quelque chose parce que je n’ai pas senti mes cuisses des vacances alors que je me rappelle bien en avoir eu « plein les pattes » il y a 4 ans.

PS : C’est fort un article sans aucun rapport mais où j’arrive à parler de vélo au premier et au dernier paragraphe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s