Metz sous la pluie

Pour une journée je me suis rendu à Metz, ville qui m’était jusqu’alors inconnue. Mon premier objectif était d’assouvir ma curiosité pour l’exposition « Vues d’en haut » au Centre Pompidou Metz, avant qu’elle ne s’achève 2 jours plus tard, puis bien évidemment d’arpenter la ville jusque dans ses moindres recoins.

La météo a été catastrophique, il a plu toute la journée, sauf pendant une trêve d’environ une heure à la mi-journée mais durant laquelle le soleil n’a pas percé l’épais plafond de nuage.

Le centre Pompidou est littéralement à 2 pas de la gare. J’aime bien la forme du bâtiment. Je pensais qu’on le verrait de partout mais en fait, séparé du centre-ville par les voies ferrées il se fait plutôt discret.

Centre Pompidou Metz

De la baie vitrée du 3ème étage il y a une très belle vue sur la ville.

L’exposition vues d’en haut a été largement à la hauteur de mes attentes, le musée en général d’ailleurs puisque j’y ai passé plus de 2h30 sans voir le temps passer. Des débuts de la photographie aérienne avec des clichés de Nadar au milieu du XIXème siècle jusqu’à des œuvres franchement contemporaines, l’expo retrace l’influence de ce changement de perspective sur la création  artistique.

La légende d’une peinture d’Egon Schiele, Häuser am Fluss (Altstadt),  mentionnait que le peintre avait beaucoup peint la ville de Krumlov, alors en Autriche. Je suis passé à vélo par Český Krumlov en 2012, mais cette vue de la ville ne me l’a pas du tout rappelée. Il s’agissait peut-être d’une erreur dans les explications, Schiele ayant aussi beaucoup peint les villages des rives du Danube.

Egon Schiele - Häuser am Fluss (Altstadt)

Pour vous faire une idée de l’exposition et de l’intérieur du musée j’ai trouvé un album sur flickr.

Après la visite, je suis allé faire un tour en ville, en essayant de ne pas trop me faire mouiller. En plein centre, la place la plus sympathique pour rester au sec c’est la place St-Louis avec sa longue rangée d’arcades.

Place St Louis

De cette place, je suis monté à l’assaut de la colline Sainte Croix par les escaliers du parc des Tanneurs. Depuis la rue des Murs tout en haut on surplombe le quartier d’Outre-Seille. Au dessus des toits dépassent le clocher de l’église St Eucaire et les 2 tourelles de la porte des Allemands. À gauche les arbres couvrent les restes du fort Bellecroix.

Vue sur Outre-Seille

Au sommet de la colline Sainte Croix se trouve la place d’Armes, une grande place rectangulaire pavée entourée de l’hôtel de ville, l’office de tourisme et la cathédrale.  L’environnement est un peu minéral et ce ne sont pas les palmiers en pot qui atténuent cette impression.

Place d'Armes

La cathédrale est très austère, le jaune de la pierre est assombri par la pluie. J’ai trouvé que les sculptures du portail d’entrée étaient très bien conservées et pleines de détails amusants.

Un ange sur le portail de la cathédrale de Metz

Une chimère sur le portail de la cathédrale de Metz

Un personnage du portail de la cathédrale de Metz

À l’intérieur il faisait très sombre, pourtant il parait qu’avec 6500m² de vitraux c’est la cathédrale qui présente les plus grandes verrières gothiques d’Europe. Certains de ces vitraux sont résolument modernes dont quelques-uns de Marc Chagall.

Vitraux de Marc Chagall

En face de l’entrée se trouve le marché couvert, aussi un des rares endroits que j’ai pu traverser à l’abri. Le bâtiment en forme de U délimite une place où le reste du marché peut s’installer temporairement, quand elle ne sert pas de parking. Les auvents en fer sont du même designer que les panneaux indicateurs qu’on voit partout en ville.

Marché couvert de Metz

De la place du marché, je suis descendu vers la Moselle et en traversant le pont moyen j’ai pris la photo de la vue la plus célèbre de la ville : celle du temple neuf à la pointe de l’île qui sépare 2 bras de la rivière. Mon appareil a toutefois subit un peu l’humidité ambiante.

Temple neuf séparant 2 bras de la Moselle

Des bords de la rivière on a une meilleure vue d’ensemble de la cathédrale.

Cathédrale de Metz vue de la Moselle

Près de l’autre pointe de l’île se trouve les restes du moulin des thermes. Les moulins autrefois nombreux ont disparus.

Moulin des Thermes

Héron à la pointe de l'île

Sur l’île il y a très peu de bâtiments : la préfecture, l’opéra-théatre et le temple neuf sont les principaux. Une grande partie de l’espace est formé par la place de la Comédie. Elle était couverte d’un jardin éphémère.

Opéra-théatre de Metz

Temple neuf depuis la place de la Comédie

Temple neuf au dessus de la Moselle

Entre la cathédrale et la Moselle se trouve la place de Chambre. Elle a un joli ensemble de façades, pour la plupart assez quelconques, mais  sur les plus cossues la pierre jaune est à l’honneur et finement sculptée.

Façades de la place de Chambre

Détail d'une façade de la place de Chambre

La pluie ayant cessé, de là je suis parti le long de la rivière le long de la promenade des remparts. Elle est ponctuée de quelques tours portant chacune le nom de la corporation qui était chargée de son entretien. Sauf celle qui marque le confluent de la Moselle et de la Seille : la tour du Diable.

Tour du Diable

De l’autre côté de la Seille j’ai fait le tour du fort Bellecroix, une grosse citadelle de Vauban qui sert surtout de grand espace vert à proximité immédiate du centre-ville.

Entre les bastions du fort Bellecroix

Au sommet du fort il y a un belvédère sur la ville qui aurait grand besoin d’être entretenu. Bientôt la végétation masquera complètement le panorama.

Belvédère du fort Bellecroix

Je suis revenu vers le centre-ville en y pénétrant par la très belle porte fortifiée des Allemands.

Porte des Allemands

Elle enjambe la Seille et j’ai eu l’impression qu’en cas de fortes intempéries elle doit former un véritable barrage.

Porte des Allemands sur la Seille

Inscription gothique sur la porte des allemands

J’ai retraversé tout le centre ville pour me retrouver près de la place de la République. Elle était en pleine effervescence (autant qu’elle puisse l’être sous la pluie) à cause de l’inauguration d’une nouvelle ligne de bus en site propre, le Mettis, qui avait lieu ce jour là. C’était aussi l’occasion d’un déploiement policier omniprésent.

À proximité de la place se trouve l’église de Saint Pierre aux Nonains bâtie à partir du IVème siècle sur un plan de basilique romaine c’est une des plus anciennes églises de France.

St-Pierre aux Nonains

Tout près il y a aussi les restes de la petite chapelle des templiers.

Chapelle des Templiers

Une journée, même sous la pluie, ça passe très vite, je me suis déjà remis en route en direction de la gare. Celle-ci bâtie alors que la Moselle était allemande est au cœur du quartier impérial, dont l’architecture est très différente de celle du reste de la ville. Les bâtiments sont tous monumentaux, souvent en grès rose et … assez lourds. Ça m’a vraiment rappelé la ville allemande de Nuremberg que j’avais visité l’été dernier.

Façade du quartier impérial

Les principaux bâtiments du quartier sont la poste centrale et bien sûr la gare elle-même.

Façade de la poste centrale

Tour de la gare de Metz

Après une plongée dans l’art moderne à Metz, à peine revenu à Paris j’embraye sur l’art contemporain avec quelques œuvres et performances de la nuit blanche : entre violonistes en hélicoptère au dessus du quai de Conti, CRS chanteurs à la mairie du IVème arrondissement et sculptures de brume sur la place de la république. Tout un programme et une foule monstre à peu près partout. Il faut dire que là au moins, il faisait beau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s