Yonne & Champagne

À vélo de Tonnerre à Provins

Le week-end dernier, le soleil brillait sur toute la France, ce qui inclut des départements d’ordinaire peu favorisés comme l’Yonne ;-).

J’ai pris un TER pour Tonnerre. L’été est bel et bien terminé dans les esprits. Là où les week-ends de printemps voient les compartiments vélo déborder, j’étais tout seul cette fois-ci.

La petite ville ne m’est plus inconnue mais cette fois j’ai été surpris de voir un centre ville débarrassé des voitures, tout dédié aux préparatifs d’une fête médiévale. L’affreux bitume était recouvert d’une confortable épaisseur de paille, c’est bien dommage qu’il n’y ai plus de ruelles pavées. Malgré l’inconfort que je leur trouve à vélo, c’est quand même plus joli à regarder.

De l’église, la vue s’étend sur les toits, pas bien loin parce que la ville n’est vraiment pas grande. Aux petites tuiles plates sur les toitures de guingois succèdent vite les grosses tuiles à emboîtement sur des toits plus droits, puis ce sont locaux industriels, agricoles et commerciaux toujours aussi mal intégrés qu’au premier jour.

Toits de Tonnerre

Je quitte immédiatement la vallée de l’Armançon, axe historique de transport entre la Bourgogne et Paris, pour un autre vallon parallèle qui lui a ôté une sérieuse part de son importance puisque c’est là que passent les voies du TGV. Toutes les 5 minutes il en passe un dans chaque sens.

Le paysage est un peu dénudé, les céréales ayant été récoltées depuis quelques semaines déjà. Mais après la crête suivante, le paysage change complètement et les vignobles du Chablis commencent.

Chablis

La bourgade de Chablis elle-même n’est pas très jolie. Comme dans les villages alentours, j’y trouve les enseignes des maisons viticoles vulgaire, et les gros pavillons de ceux qui ont réussi dans le milieu le sont tout autant.

Les vignes sont alignées au cordeau, bien vertes.

Vignoble du Chablis

Et absolument personne en vue. Les vendanges ne devraient pas tarder quand-même.

Vignoble du Chablis

Je poursuis ensuite vers la vallée de l’Yonne. Sur les plateaux, je retrouve les champs de céréales nus.

Champs dans la montée vers Irancy

Au dessus d’Irancy, je débouche d’un seul coup sur la vallée de l’Yonne. Il y a à nouveau quelques vignes sur les coteaux autour de la rivière.

Vallon d'Irancy

Au lieu de descendre directement le long de l’Yonne, je fais un crochet jusqu’à Cravant.

Des remparts subsiste principalement la tour du Guette (non il n’y a pas de faute d’orthographe).

Tour du Guette à Cravant

Je longe l’Yonne et le canal du Nivernais jusqu’à Auxerre, la préfecture. Ce sont quelques kilomètres que j’avais emprunté il y a bientôt 2 ans lors d’une randonnée à vélo en Puisaye.

L'Yonne à Vaux

L’arrivée à Auxerre par ce côté est d’ailleurs particulièrement impressionnante. La cathédrale se détache bien haut au dessus de la rivière et des toits de la ville.

L'arrivée à Auxerre

Vu de l’intérieur, la cathédrale est en effet bien haute. Les vitraux du chœur fourmillent de détails.

Cathédrale d'Auxerre

L’autre monument de la ville est la tour de l’horloge.

Tour de l'horloge à Auxerre

Je quitte Auxerre plus rapidement que je ne l’aurais souhaité. Je voulais pique-niquer sur les bords de l’Yonne mais ils sont occupés d’abord par un parking puis par des travaux. Du coup j’irais m’asseoir dans l’herbe plusieurs kilomètres plus loin, sous le « cèdre de la liberté » d’un petit village.

Le paysage reprend des aspects désertique à mesure que je m’éloigne des vallées.

Vers le Tholon

Je descend la vallée du Tholon en direction de l’Yonne à Joigny. Le Tholon coule tellement peu que je ne me suis même pas aperçu l’avoir traversé.

Par contre l’Yonne est bien large à Joigny, et la vue sur le centre ville attire les aquarellistes amateurs.

L'Yonne à Joigny

Il y a aussi quelques jolies maisons à colombage dans le tout petit centre médiéval.

Maison de Joigny

Mais la ville est endormie, pour ne pas dire qu’elle meurt doucement depuis le départ du 28e groupe géographique de l’armée de terre en 2010.

Je roule encore quelques kilomètre le long de la lisière sud de la forêt d’Othe jusqu’à arriver chez PND et sa famille, fidèles lecteurs et commentateurs du blog, chez qui je suis nourri, logé, blanchi.

Le lendemain je repars vers Brienon puis St-Florentin.

À Ervy le Châtel les paysages sont tout différents, moins de céréales, plus de pâturages. Le bourg est aux confins du pays de Chaource. Il s’y trouve une inhabituelle halle circulaire.

Halle circulaire à Ervy-le-Châtel

Je franchis ensuite un des dernier contrefort de la forêt d’Othe pour me retrouver en Champagne. Et encore quelques coups de pédale et je suis en plein centre de Troyes.

Troyes est une jolie ville avec beaucoup de maisons à colombages. Les environs par contre sont ennuyeux à mourir.

Maisons à Troyes

Rue de Troyes

De la ville, il y a 2 pistes cyclables qui s’éloignent à l’opposé l’une de l’autre.

Au Sud-Est, la première va vers le lac de la Forêt d’Orient, je l’avais emprunté en 2010 en allant en Suisse.

La seconde, que j’emprunte cette fois, longe le canal de la Haute-Seine vers le Nord-Ouest. Dommage qu’elle ne démarre qu’à 8km du centre-ville. Ça explique sa faible fréquentation. Dommage aussi qu’elle ne fasse qu’une petite trentaine de kilomètres en tout.

Le canal est complètement abandonné. La piste est du bon côté pour être presque toujours à l’ombre, c’est agréable étant donné la chaleur. Le revêtement et l’absence de croisement permettent de rouler à bonne allure. Aussi je me suis à peine rendu compte que je n’ai plus prit de photo à partir de là.

Une fois au bout de la piste il me reste encore à longer la Seine jusqu’aux environs de la centrale de Nogent. Puis à franchir la côte de l’Île de France pour arriver à Provins. D’où un transilien peut me ramener à Paris.

En incluant les trajets pour aller et revenir des gares (de Bercy et de l’Est), j’ai roulé plus de 300km ce week-end.

Parcours de Tonnerre à Provins

Publicités

3 réflexions sur “Yonne & Champagne

  1. Hey dis donc Sylvain, on aurait pu se croiser ce weekend : j’étais à Mailly le Château !! En rentrant je suis passé dessus le canal de Nivernais et j’ai pensé très fort à toi … Les grands esprits et toussa … D’ailleurs, t’aurais pu croiser Nopa et Fanfoué qui sont parti faire un grand tour le dimanche matin !

    des bises,
    Wilma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s